LE FIL

Pour la CNAOC

ZNT à 10 mètres des habitations = des milliers d’hectares de vignes en danger

Vendredi 12 juillet 2019 par Alexandre Abellan

« La proposition faite par l’administration est une gifle infligée à la profession au moment même où elle s’engage dans un mouvement d’ampleur dans la transition » estime un communiqué de la CNAOC.« La proposition faite par l’administration est une gifle infligée à la profession au moment même où elle s’engage dans un mouvement d’ampleur dans la transition » estime un communiqué de la CNAOC. - crédit photo : DR
La confédération des vins d’appellation veut défendre un potentiel de production mis en péril par la mise en place de Zones de Non-Traitement des parcelles aux pesticides.

Le projet gouvernemental d’une Zone de Non-Traitement de 10 mètres entre les riverains et les parcelles de vigne pourrait « amputer le potentiel de production de près de 700 hectares en Champagne et de plusieurs milliers d’hectares dans toute la France » alerte un communiqué de la Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à Appellations d'Origine Contrôlées (CNAOC). Alors que le ministère de l’Agriculture réunit aujourd’hui, le 12 juillet, les représentants du vignoble, le conseil d’administration de la CNAOC demande purement et simplement de retirer le texte.

La CNAOC rappelant que le « projet d’arrêté rend obligatoire un délai de prévenance d’au moins 12 heures, une zone de non traitement à 10 mètres pour tous les produits autour des espaces attenants aux habitations et bâtiments d’activité ; une réduction possible à 5 mètres en fonction du matériel ou des mesures prises pour lutter contre la dérive, sauf pour les produits CMR » (Cancérigènes, Mutagènes et Reprotoxiques).

"Ce n'est qu'un début"

Au-delà de l’urgence dans laquelle le texte a été rédigé*, la CNAOC critique une approche de la protection des riverains qui conduirait à un grignotage progressif du vignoble. « Ce n’est qu’un début. Car cela ne sera jamais assez, il faudra reculer encore. Puis finalement laisser des friches » martèle le communiqué. Qui replace le ministère de l’Agriculture face à sa responsabilité en matière d’autorisation de mise en marché des produits phytopharmaceutiques : « l’hypocrisie consiste à les homologuer et à rendre ensuite les conditions d’application impraticables de sorte qu’au final seul l’Etat et les firmes sont protégées ».

 

 

* : La proposition d’arrêté a été dévoilée le lendemain de la décision du Conseil d’Etat d’annuler « l’arrêté de mai 2017 relatif à l’utilisation de produits phytosanitaires, « au motif "qu’il ne prévoit pas de dispositions destinées à protéger les riverains des zones traitées" » rappelle la CNAOC.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
MG Le 15 juillet 2019 à 17:00:34
Je voudrais savoir en quoi l'internaute Mounier a t il une expertise pour indiquer la ZNT optimum ?
Mounier Le 14 juillet 2019 à 00:31:40
Les milliers d'hectares sont ils plus importants que les milliers de personnes atteintes de cancer et de maladie ?
Mounier Le 14 juillet 2019 à 00:25:00
10 mètres me paraissent insuffisants 30 mètres seraient un minimum surtout en fonction des produits utilisés aujourd'hui. Pourquoi ne pas reconnaître que de respirer l'air après le traitement est nocif pour notre organisme ?
bourvil Le 13 juillet 2019 à 14:01:50
Je vous ai donné mon opinion sur ce dossier il y a une dizaine de jours,force est de constater que le dossier n'avance pas d'un pouce,avec ce président disruptif cela ne peut étonné personne. C'est vraiment dommage.Organiser des soirées mondaines c'est plus facile.F
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé