LE FIL

Champagne

Maxime Toubart lance un appel aux appellations viticoles

Vendredi 05 avril 2019 par Aude Lutun

Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne : 'Une position nationale sur les autorisations de plantation est indispensable si nous voulons être écoutés, et surtout entendusMaxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne : 'Une position nationale sur les autorisations de plantation est indispensable si nous voulons être écoutés, et surtout entendus - crédit photo : Aude Lutun
Lors de l’Assemblée générale du syndicat général des vignerons de la Champagne tenue le 4 avril, Maxime Toubart, président du syndicat, a lancé un appel pour défendre les AOC viticoles.

« Je lance un appel solennel à l’ensemble des AOC de France et d’Europe ainsi qu’à l’ensemble de la filière viticole à faire front commun sur le maintien des autorisations de plantation, a annoncé Maxime Toubart, lors de l’assemblée générale du syndicat général des vignerons de la Champagne (SGV) ce 4 avril. Une position nationale est indispensable si nous voulons être écoutés, et surtout entendus ». La Champagne milite pour le maintien des droits de plantation au-delà de 2030 et interpelle les candidats aux élections européennes à se positionner sur ce sujet. La région viticole est particulièrement sensible à cette question car en cas de doute sur le maintien de ces autorisations, le président du SGV a confirmé que l’extension de l’aire ne se ferait pas, rappelant que « le succès de la Champagne a toujours reposé sur la régulation de l’offre ».

L’agenda de la révision de l’aire dévoilé

Par ailleurs, le calendrier de la révision de l’aire a été dévoilé. Le nouveau périmètre de l’aire sera connu en juillet 2020. Chaque propriétaire de terre potentiellement reclassable en AOC sera alors informé de la décision du comité d’experts piloté par l’Inao. « 80 % des parcelles ont déjà été examinées », précise Maxime Toubart, qui a été décoré chevalier l’ordre du mérite agricole lors de la rencontre. En intégrant le temps d’examiner le bien-fondé de chaque recours – et ils devraient être nombreux vus les enjeux -, la nouvelle aire devrait être finalisée en 2024. Ce calendrier se télescope avec celui de la publication par la commission européenne d’un rapport sur le fonctionnement du régime de régulation des plantations.

Enfin, Maxime Toubart a annoncé la mise en place d’une charte riverains qui vise à proposer des engagements forts pour permettre une bonne co-habitation avec les riverains de parcelles de vigne. Elle devrait être aboutie en septembre 2019.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
craoux Le 07 avril 2019 à 19:23:49
Quel beau projet économique que veut imposer la filière des IG (AOP surtout) ! ... ça a un nom : la gestion malthusienne de l'accès au marché ! ... ah mais, attention, si possible en restant "entre soi" ! ... Mais comment peut-on concevoir un modèle de régulation de l'offre aussi médiocre ! ... pourquoi ne pas prioritairement d'abord s'intéresser à la valeur intrinsèque de l'offre (avec un contrôle interne beaucoup plus resserré fondé sur une vraie vision qualitative > instaurer des profils de vins à rechercher) ! ... Une question : en quoi est-ce utile d'avoir délimité des aires géographiques AOP surdimensionnées dont parfois seuls 50 à 60% des ha sont revendiqués ? ... Si la filière veut gérer de manière malthusienne son offre, il n'est point besoin qu'elle bataille de manière aussi bêtement chafouine en imposant des critères shadoks de gestion des droits ou autorisations : ne suffirait-il pas que chaque ODG fixe une règle contraignante (par campagne) de limitation du ratio des ha à déclarer des surfaces conformes AOP au niveau de l’exploitation de ses opérateurs .. si un volume global d'accès au marché était l'objectif clairement recherché ? ... Ce qui ne donnerait pas l'impression qu'au sein d'une AOP on veut vraiment bouter les "nouveaux" (en bloquant l'accès aux droits). Tout ce discours actuel est emprunt de la plus parfaite hypocrisie. La viticulture est certainement la seule spéculation agricole à s'auto-verrouiller ... le mal est partout !!! ... mais ce que je ne comprends pas c'est de quoi peut-elle avoir bien peur ? ... à moins que personne, pas même les professionnels eux-même, ne croie aux vertus d'un cahier des charges et des contrôles y afférents ...
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé