LE FIL

Financement

Loi Evin et sport, faut-il revoir la copie ?

Jeudi 13 décembre 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Chaque année des vignerons européens s'affrontent au football. Ici, l'équipe slovène qui a remporté le tournoi cette année.
Chaque année des vignerons européens s'affrontent au football. Ici, l'équipe slovène qui a remporté le tournoi cette année. - crédit photo : VinoEuro
Faut-il revenir sur les règles de publicité concernant les alcools et le sport ? C’est la question posée par la députée Perrine Goulet.

Le 30 novembre dernier, Perrine Goulet, députée de la Nièvre (LREM) a remis au premier ministre un rapport sur le financement du sport. Parmi les 34 mesures énoncées, l’une propose d’évaluer les effets de la loi Evin dans le domaine du sport, « tant concernant l’atteinte des objectifs de santé publique qu’elle s’était assignée que la mesure de ses effets économiques ». Le rapport propose également de s’intéresser à des mesures d'assouplissement : « autoriser la publicité pour l’alcool pour les sites internet liés au sport ; augmenter à 15 par an le nombre d’évènement annuels où un club sera autorisée à vendre de la bière ; rendre possible le retour du sponsoring des viticulteurs et des brasseurs Français en direction des clubs français en contrepartie d’un pourcentage venant alimenter le budget d’associations de lutte contre l’alcoolisme ». Le rapport pointe notamment la présence de sponsor du monde des alcools sur les grands rendez-vous internationaux. La télévision française n’est donc pas exemptée de publicité. Par ailleurs, le rapport souligne que le manque à genre pour un club de football de ligue 1 s’élève à 13.5 millions d’euros pour la saison 2013 – 2014.

 

Télécharger la synthèse du rapport

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé