Accueil / Commerce/Gestion / Le tribunal donne son accord pour la reprise de Raphaël Michel
Le tribunal donne son accord pour la reprise de Raphaël Michel
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Labruyère développement et industrie
Le tribunal donne son accord pour la reprise de Raphaël Michel

C’est sous le nom d’Anagram que les activités vrac du Groupe Raphaël Michel vont renaître, après la reprise par Labruyère développement et industrie.
Par Marion Sepeau Ivaldi Le 17 août 2018
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le tribunal donne son accord pour la reprise de Raphaël Michel
Devenir le leader européen de l'assemblage des vins en vrac : tel est l'objectif du nouveau groupe Anagram. - crédit photo : DR
N

e cherchez pas d’anagrammes entre Labruyère développement et industrie (LDI) et le Groupe Raphaël Michel : il n’y en a pas. C’est toutefois sous le nom d’Anagram (ndlr : la raison du choix de ce nom sera précisée ultérieurement par LDI) que les activités vrac de Raphaël Michel vont renaître de leurs cendres. Le tribunal de commerce de Montpellier a en effet validé, le 13 août, la reprise des activités du groupe par LDI qui a à son actif le redressement opérationnel de plusieurs PME françaises telles que Mathon (site d’e-commerce d’ustensiles de cuisine) ou le groupe Mathilde Créations / Blanc d’Ivoire (décoration d’intérieur). Pour réaliser cette opération, les actifs de Raphaël Michel (sociétés et domaines situés en France et au Chili) ont été apportés à la société de négoce Dolia, filiale de la société Raphaël Michel. Dolia prend donc le nom d'Anagram. Le montant de la reprise n'est pas encore connu et LDI ne souhaite pas l'évoquer pour le moment.

Ambitions : 400 000 hl de vrac

LDI fonde de fortes ambitions pour Anagram, lui posant pour objectif de traiter plus de 400 000 hl d’ici trois ans et ainsi de retrouver une position de leader européen d’assemblage de vins en vrac. De quoi sans doute donner des perspectives et de l’optimismes aux créanciers du groupe Raphaël Michel. C’est avec leur soutien et celui des fournisseurs que la reprise décidée par le tribunal de commerce de Montpellier a pu voir le jour, tient à souligner LDI. La holding annonce que l’opération « devrait permettre aux créanciers de bénéficier d’un remboursement intégral de leurs créances », indique un communiqué. Ce remboursement se fera sur une période de 2,5 ans. Des détails sur le mécanisme de remboursement devraient révélés dans quelques semaines par LDI.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
craoux Le 19 août 2018 à 14:21:14
Si je comprends bien, LDI reprend l'actif. Quid du passif ?
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé