LE FIL

Montée en gamme

Les Brouilly et Côte de Brouilly visent le classement en 1er crus

Jeudi 07 juin 2018 par Juliette Cassagnes

Les crus Brouilly et Côte de Brouilly sont co-présidés par les vignerons Robert Perroud, Claude Edouard Geoffroy et Loïc Condemin'Les crus Brouilly et Côte de Brouilly sont co-présidés par les vignerons Robert Perroud, Claude Edouard Geoffroy et Loïc Condemin' - crédit photo : Denis Laveur
Les vignerons des crus du Beaujolais Brouilly et Côte de Brouilly travaillent depuis 5 ans à produire des vins revendiqués en lieux-dits. L'idée étant de pouvoir à terme obtenir auprès de l'Inao le passage en 1er crus d'une partie d'entre eux.

Les vignerons de Brouilly et Côte de Brouilly avaient donné rendez-vous à la presse ce lundi 4 juin 2018 à Paris. Outre la dégustation des trois derniers millésimes, l'objectif était aussi de lui présenter leur démarche de revendication de nouveaux « lieux-dits » pour une partie de leurs vins. L'objectif visé : le classement, d'ici plusieurs années, d'une partie d'entre eux, en 1er cru.

Depuis cinq années, les vignerons s'attachent en effet à vinifier et à revendiquer de façon séparée, sur leur déclaration de récolte et leurs étiquettes, des parcelles de vigne à partir des lieux-dits définis par le cadastre. Pour l'appellation Brouilly, c'est actuellement le cas de 41 lieux-dits, sur un total de 86 répertoriés. En Côte de Brouilly, 17 lieux-dits sur 19 le sont. « Il y a cinq ans, il n'y en avait que deux...Les vignerons se les sont donc bien appropriés », constate, satisfait, Robert Perroud, co-président du cru.

"Accompagner les ventes en bouteilles"

Cette démarche a pour but de créer un « historique de production », condition essentielle pour qu'un certain nombre, les plus qualitatifs d'entre eux, obtienne à terme leur classement en 1er cru par l'Inao. Mais cette ultime étape ne devrait pas se concrétiser avant plusieurs années : « Il faudra je pense une dizaine d'années...Nous avons fait environ la moitié du chemin à parcourir », estime celui-ci.

L'idée a germé en 2010, avec la décision de cartographier, d'un point de vue géologique, les 10 crus du Beaujolais. Le travail a débouché sur l'édition de cartes en 2014, qui ont permis de mettre en lumière « l'extrême diversité et complexité des sols ».

Cette volonté de monter en gamme est aussi née du constat que les ventes en bouteilles se développent de façon très importante dans ces deux appellations, au dépend du vrac.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé