LE FIL

Santé

La consommation de vin avec modération est un facteur de longévité

Lundi 14 mai 2018 par Alexandre Abellan

D’après l’étude, suivre les cinq facteurs « sains » à 50 ans permet d’augmenter de 14 ans l’espérance de vie d’une femme et de 12 ans pour un homme.D’après l’étude, suivre les cinq facteurs « sains » à 50 ans permet d’augmenter de 14 ans l’espérance de vie d’une femme et de 12 ans pour un homme. - crédit photo : Détail des Noces de Cana, tableau de Véronèse exposé au musée du Louvre
Consommer un verre quotidien de vin pour les femmes, deux pour les hommes, serait un facteur contribuant à la bonne santé, au même titre que pratiquer une activité physique ou ne pas fumer de cigarettes.

« Durant l’âge adulte, respecter cinq habitudes saines peut augmenter de dix ans l’espérance de vie » résume un communiqué de l’école de santé publique de Harvard. Dans une publication récente, les chercheurs américains ont en effet mis à jour cinq facteurs réduisant les risques de mort prématurée : « ne pas fumer, afficher un Indice de Masse Corporelle bas*, pratiquer au moins quotidiennement une activité physique de 30 minutes, avoir un régime alimentaire sain et avoir une consommation d’alcool modérée ». Ce qui se traduit par le conseil de ne pas consommer plus d’un verre de vin standard par jour pour une femme, et deux verres pour un homme (soit respectivement 140 et 280 millilitres).

En concluant que la consommation modérée de vin est un facteur contribuant à une hygiène de vie saine, il y a « une remise en cause implicite du principe de consommation quotidienne nulle » estime Jean-Charles Tastavy, l’auteur du blog Honneur du Vin. Pour le militant œnophile, cette étude américaine est l’une de celle qui démontre le plus clairement l’effet positif sur la santé d’une consommation modéré d’alcool. Et donc l’absence d’effet négatif pour les comportements modérés prônés par la filière, mais attaqués par les tenants de l'hygiènisme sanitaire (en témoigne le débat sur les repères de consommation en 2015).

En simultané

Les préconisations des chercheurs de Harvard se basent sur l’étude statistique de deux cohortes de 123 000 citoyens américains, suivis médicalement pendant une trentaine d’années (78 865 femmes suivies de 1980 à 2014 et 44 354 hommes de 1986 à 2014). À partir des 42 167 morts renseignés sur la période étudiée, les chercheurs ont conclu que le suivi simultané de ces cinq facteurs permet d’assurer une plus importante durée de vie.

 

* : Compris entre 18,5 et 24,9 kg/m2 (l’IMC étant le rapport entre la masse d’un individu et sa taille au carré).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé