LE FIL

Recadrage

« L'appel à la vigilance » de trois spécialistes sur la lutte anti-gel

Mardi 27 mars 2018 par Juliette Cassagnes

De gauche à droite: Christine Monamy (pôle technique du BIVB), Basile Pauthier (service technique CIVC) et Anastasia Roque (Ch Ag 37)
De gauche à droite: Christine Monamy (pôle technique du BIVB), Basile Pauthier (service technique CIVC) et Anastasia Roque (Ch Ag 37) - crédit photo : DR
Attention aux articles de presse qui véhiculent des informations erronées en matière de lutte contre le gel, ainsi qu'aux risques liés aux feux de paille...Voici le message commun qu'ont souhaité rappeler trois référents des vignobles de Bourgogne, de Champagne et du Val de Loire.

Trois experts de la protection contre le gel issus de trois vignobles, Christine Monamy pour la Bourgogne (BIVB), Basile Pauthier pour le Champagne (CIVC) et Anastasia Roque pour le Val de Loire (Chambre d'agriculture 37), ont souhaité s'unir pour « rétablir la vérité » au sujet des moyens de lutter contre le gel. Cette prise de parole commune fait suite à la diffusion de plusieurs articles de presse contenant des « fausses informations » sur ce thème, publiés récemment dans la presse (voir encadré).

"Pas de solution miracle"

Le premier article en cause date de février 2018 et a été repris par un grand nombre de médias nationaux et locaux : la mise au point en cours d'un nouveau « produit miracle » contre le gel, le « MO2 ». « Les journalistes ont repris une dépêche AFP telle quelle, sans aucun recul ni recherche complémentaire, déplore Basile Pauthier, qui a reçu de nombreux messages et questionnements de la part de vignerons suite à sa diffusion. J'espère qu'ils ne se baseront pas là-dessus, mais il existera toujours des personnes pour croire au messie... », poursuit celui-ci. Plus généralement et avec les gels successifs de ces dernières années, ces spécialistes de la lutte anti-gel ont pu constater que de « nombreuses sociétés se sont engouffrées dans la brèche » en proposant aux vignerons de nouvelles solutions n'ayant pas fait l'objet de réelles expérimentations. « Il faut prendre des précautions si vous en testez, prévient Anastasia Roque. Attention aux solutions miracles et peu chères ».

Alerte sur l'inefficacité des feux de paille

Mais l'article qui a mis le feu aux poudres reste celui paru en mars 2018 dans le Bien Public, un quotidien de Côte d'Or très lu des vignerons. On peut y lire que l'efficacité des feux de paille contre le gel atteint un taux de 95%, selon des propos soi-disant tenus par Basile Pauthier. « Ces énormités m'ont fait bondir », réagit Christine Monamy, du BIVB, qui a aussitôt prévenu ses confrères. « Son efficacité ne peut pas être prouvée car nous ne pouvons pas avoir de parcelle témoin. Et s'il y a du vent, cela ne peut pas fonctionner, tient à rectifier l'intéressé. C'est un moyen que je déconseille, d'autant plus qu'il génère de la pollution et reste interdit ».

"Des ODG ont fait le plein de paille"

Dans le Val de Loire, le discours est encore plus tranché : « Je freine beaucoup l'utilisation de la paille, car elle n'amène pas une réelle efficacité, avec un effet très limité, voire nul, la préfecture déconseillant par ailleurs cette pratique », commente Anastasia Roque...Un message de « mise en garde » d'autant plus nécessaire qu'un certain nombre d'ODG du Val de Loire et de Bourgogne ont récemment « refait leur stock » de bottes de paille, en vue d'un éventuel risque de gel au printemps prochain, restant convaincus de la bonne efficacité de ce moyen de lutte.

Face à ces fausses croyances ou informations, ces trois experts encouragent donc vivement les vignerons à prendre avec plus de prudence ce qu'ils peuvent lire ou entendre sur ce sujet du gel, dont les médias raffolent actuellement. Les seules sources fiables restent celles communiquées par les organismes « référents » eux-mêmes, qui se basent sur de véritables expérimentations : « Ne prenez pas tout au pied de la lettre : il faut parvenir à démêler le vrai du faux en vous appuyant notamment sur des documents ou études sérieuses sur les différents moyens de lutte qui ont été testés », confirme Basile Pauthier. Ce dernier se déclare par ailleurs prêt à se rendre disponible pour les vignerons qui auraient d'éventuels besoins d'appui technique.

Si vous souhaitez télécharger la brochure technique APCA.

Si vous souhaitez consulter l'étude régionale sur les aléas climatiques de la Chambre d'agriculture 37.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé