LE FIL

Région

Ambition bio pour la région Occitanie

Lundi 29 janvier 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Patrick Guiraud, président de SudVinBio et Carole Delga, présidente de la région Occitanie, lors de l'inauguation de Millésime Bio le 19 janvier.
Patrick Guiraud, président de SudVinBio et Carole Delga, présidente de la région Occitanie, lors de l'inauguation de Millésime Bio le 19 janvier. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Venue inaugurer le salon Millésime Bio, Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, a réaffirmé sa volonté de développer le bio.

Si l’Occitanie est la première région bio de France, elle ne caracole pas en tête du podium européen. Venue inaugurer ce 29 janvier, le salon Millésime Bio, la présidente de la région Occitanie, Carole Delaga, a scandé : « nous voulons produire, consommer et vivre bio en Occitanie ». Une punchline qui porte une idée (faire de l’Occitanie la première région bio d’Europe) ; et est soutenu par le plan Bi'o 2018-2020. D'ailleurs, l'idée de créer un grand salon des produits agricoles bio dans la région est actuellement étudiée.

Structurer les filières

L’une des étapes pour relever ce challenge passe par la structuration de la filière. Comme l’ont saluée Florent Guhl, directeur de l’Agence Bio et Denis Carretier, président de la Chambre régionale d’Occitanie, la récente création de l’association Interbio Occitanie va dans ce sens. Elle fédère la Fédération régionale de l'agriculture biologique, la Chambre régionale d'agriculture Occitanie, Coop de France Occitanie, l’Ocebio et SudVinBio. Pour Denis Carretier, il s’agit de préserver la valorisation durable des produits biologiques, d’améliorer la compétitivité, de renforcer l’information du consommateur, de favoriser l’adaptation aux différents circuits de distribution. Sur ce dernier point, l’Etat devrait prochainement annoncer un objectif de 50 % de produits issus de l’agriculture biologique d’ici 2022. Un objectif qui va dans le sens de la politique régionale qui lance un grand chantier autour des repas servis dans les lycées.

Souhaitant une augmentation de 15 % de l’offre régionale de vin bio par an, Patrick Guiraud, président de SudVinBio, organisateur du salon Millésime Bio, identifie deux autres leviers qui permettraient d’accélérer le développement de la bio, notamment en viticulture. Le premier concerne le développement technique du bio, le second vise une meilleure connaissance de marché. Sur ce dernier point, Florent Guhl a indiqué que l’Agence Bio travaillait pour améliorer la connaissance économique de chaque filière. Il a également précisé que le plan Ambition Bio qui devrait être prochainement présenté par le gouvernement pourrait poser un objectif de 15 % de la SAU de France en bio d’ici à 2022.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé