LE FIL

Alain Marty

« Il est faux de dire que la voix du vin est muselée »

Dimanche 12 novembre 2017 par Alexandre Abellan

Entouré de ses fidèles acolytes David Cobbold (à gauche) et Philippe Faure-Brac (au centre), Alain Marty (à droite) carbure à l’eau claire pour animer ses deux émissions hebdomadaires.Entouré de ses fidèles acolytes David Cobbold (à gauche) et Philippe Faure-Brac (au centre), Alain Marty (à droite) carbure à l’eau claire pour animer ses deux émissions hebdomadaires. - crédit photo : InVino
Revendiquant le statut de seule émission de radio française uniquement dédiée aux vins et spiritueux, InVino vient de passer le cap des 700 émissions sans le moindre tracas lié à la loi Évin.

« Il est faux de dire que l’on est muselé dans le monde du vin ! Il y a une vraie liberté de parole dans la presse écrite, sur internet et à la radio » affirme Alain Marty. Qui parle en connaissance de cause, animant chaque semaine depuis 13 ans l’émission de radio qu’il a fondé : InVino. Ayant diffusé sa sept centième émission ce 5 novembre sur Sud Radio, Alain Marty a prononcé comme à l’accoutumée l’avertissement de circonstance : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. « Je prononce la précaution d’usage depuis 13 ans. Ce n’est pas une obligation, mais une précaution. Ceinture et bretelles ! » s’amuse l’animateur.

Il peut en effet se réjouir de sa liberté de ton rédactionnel, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) n’étant jamais intervenu sur les citations de marques de vins et spiritueux qui émaillent l’émission. « La seule fois où le CSA nous a repris, c’était pour le nom d’un restaurant trop cité dans une émission » appuie l’entrepreneur*, qui reconnaît s’être également attendu aux attaques de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie (ANPAA). Mais ce qui l’étonne le plus, c’est que depuis le lancement de l’émission, seuls cinq annonceurs de la filière ont profité de l’écho, croissant, de son émission grand public.

"Sur BFM TV, nous aurions fait une émission. Pas deux !"

Il y a 15 ans, Alain Marty signait le pamphlet Ils vont tuer le vin français, où il dénonçait la pression hygiéniste et l’absence d’émission de télé ou de radio sur le vin en France. Tenant à l’époque une chronique vin dans le Club Art de Vivre de Radio Classique, il s’est vu confier la possibilité de créer sa propre émission sur BFM Business. De 2004 à 2016, l’heure d’émission d’InVino passait le samedi et était rediffusée le dimanche. Mais depuis janvier 2017, c’est SudRadio qui a repris la diffusion, avec une demi-heure le samedi et une demi-heure le dimanche. Ce changement de station répondait à la particularité d’InVino sur la grille de BFM, étant la rare émission à n’être diffusée que sur la radio, et pas la chaîne TV en simultanée. « En gardant le même ton, nous aurions fait une émission. Pas deux ! » s’exclame Alain Marty.

500 000 auditeurs

InVino sent désormais la puissance médiatique de SudRadio, qui est écoutée par 500 000 auditeurs le week-end, contre 5 000 pour BFM. Ce nouvel audimat conforte l’approche résolument grand public de l’émission. « Le vin, c’est un sujet casse-gueule » reconnaît Alain Marty. « Depuis le début, nous avons un rôle éducatif. Chaque émission redéfinit à chaque fois des termes comme AOP ou Botrytis. Nous nous plaçons aux côtés du consommateur final, pas du microcosme du vin. De fait, c’est la première émission sur le vin en France. Et c’est la seule qui parle aux amateurs. »

Ayant désormais des ambitions d’internationalisation InVino.FM doit se décliner en chinois et en anglais en 2018. Des développements de partenariats en Chine et au Royaume-Uni étant à l’étude. Des pays où les mesures de précaution imposées par la loi Évin peuvent être écartées. Toujours avec modération.

* : Petit-fils de vigneron de Maury, il est le président créateur du Wine & Business Club qui essaime en France depuis 1991.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé