Accueil / Commerce/Gestion / "Produire un brut de France et des sparklings pour barrer la route au prosecco"

Paul-François Vranken
"Produire un brut de France et des sparklings pour barrer la route au prosecco"

Ambitieuse, la deuxième maison de Champagne développe ses marques, avec le Domaine Vranken en Camargue et Louis Pommery California. Visant respectivement 600 000 et un million de cols. Sachant que le groupe se lance également "en hobby" dans le vignoble anglais (150 000 cols).
Par Alexandre Abellan Le 28 juillet 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Qu’il s’agisse des cuvées Louis Pommery ou Domaine Vranken, la méthode d’élaboration est traditionnelle. Pour ne pas dire champenoise.
l

« Le Champagne, c’est le haut de la pyramide, c’est l’exception. En développant les sparklings, on veut protéger les champagnes en évitant les volumes à bas prix. Et barrer la route au prosecco ! » résume Paul-François Vranken, le PDG du groupe Vranken-Pommery Monopole. Le deuxième acteur champenois lance un véritable pôle d’activité « Sparkling Wines ». Essentiellement actif en France et aux États-Unis, mais aussi en Angleterre (voir encadré).

Au-delà de la consolidation de la hiérarchie des effervescents, ce pôle doit également soutenir la propre gamme de Vranken-Pommery. Comme le résume le dernier communiqué financier du groupe, « le secteur des sparklings permettra un développement des parts de marché pour les marques Pommery grâce à l'effet croisé, publicité et notoriété ».

Développement de marques

Jusque-là spécialisés dans les rosés, les Grands Domaines du Littoral (1 650 hectares de vigne en Camargue) se diversifient désormais dans les vins effervescents. À proximité d’Aigues-Mortes, le domaine du Bosquet doit ainsi produire 600 000 cols de brut de France ces vendanges 2017 (dont la moitié en rosé). Cette reconversion suit des essais jugés concluants en 2015 et 2016 (avec respectivement 30 et 50 000 cols produits). Ces assemblage de chardonnay et de grenache devraient être commercialisés dès 2018 sur les marchés européens, notamment septentrionaux. « N’oublions jamais que l’Allemagne consomme 10 millions de cols de Champagne par an, sur 450 millions de bouteilles d’effervescents » souligne Paul-François Vranken.

Avec la même logique, le groupe Vranken-Pommery distribue depuis mai 2017 la gamme Louis Pommery California sur le marché américain. Après de premiers achats de raisins en 2015 (à 95 % du chardonnay), pour une production de l’ordre de 120 000 bouteilles, la filiale américaine est passée à 200 000 cols en 2016. Elle projette d’arriver à 500 000 cols en 2019. Et de passer le million de bouteilles en 2023 avance Paul-François Vranken. Ces bouteilles affichent un prix de vente de 22 à 25 dollars (19 à 21 euros), soit la moitié du prix d’un flacon de Pommery (44 à 47 $). Calibrée pour les marchés nord-américains, la marque vise également le Japon.

Dans les pas du premier

Avec ce déploiement ambitieux, « nous ne faisons que nous mettre dans le pas du premier groupe champenois » note Paul-François Vranken, faisant référence au groupe Moët Hennessy (LVMH), qui est présent par ses domaines Chandon aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Australie, en Chine, en Inde… Mais la première maison champenoise n’a pas passé le cap d’un développement d’effervescent sans appellation en France, la démarche de Vranken restant en la matière inédite.

Des vignes en Angleterre : « un hobby qualitatif »

Ayant acheté 40 hectares de terrain dans le Hampshire ce début d’année, le groupe Vranken Pommery n’est pas dans la même logique de développement de marque. « C’est un essai de vigneron. Un hobby qualitatif, il n’y a pas d’ambition de volumes » glisse Paul-François Vranken. Avec la plantation cet automne de 32 hectares de vigne, le domaine anglais de Pommery vise la production de 150 000 cols à terme.

De premiers achats de raisin en 2015 et 2016 ont cependant permis la production de quelques dizaines de milliers de cols, permettant dès maintenant la commercialisation de « Louis Pommery England ». 500 caisses ont ainsi été envoyées vers l’Australie.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé