Accueil / Oenologie / InterLoire augmente de 10 % ses fonds de recherche viti-vini

Rubis sur l’ongle
InterLoire augmente de 10 % ses fonds de recherche viti-vini

Avec un budget de 220 000 euros pour la R&D régionale, l'interprofession ligérienne se mobilise pour tester des modes de production alternatifs. Qu'il s'agisse de la réduction du cuivre dans le vignoble bio ou des sulfites en oenologie.
Par Alexandre Abellan Le 27 juin 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
InterLoire augmente de 10 % ses fonds de recherche viti-vini
24 projets seront soutenus en 2017 par InterLoire, dont 4 entièrement nouveaux.. - crédit photo : DR
S

ur la vallée de la Loire, les projets de recherche vitivinicole vont mobiliser un budget d’un million d’euros en 2017. Validée par la dernière réunion de la commission technique d’InterLoire, la liste des vingt-quatre programmes régionaux est « financée à 40 % par les organismes techniques porteurs des projets (IFV, chambres d’agricultures, ESA etc.) et cofinancé à 21 % par InterLoire, à 20 % par les conseils régionaux, à 13 % par les programmes régionaux de FranceAgriMer et enfin à 6 % par des partenaires locaux (BIVC, syndicats, partenaires privés etc.) » précise un communiqué de l’interprofession ligérienne

InterLoire : 295 000 euros de budget R&D

InterLoire affiche de nouveau une hausse de son enveloppe de soutien à la R&D, avec 220 000 euros alloués régionalement. Soit une hausse de 10 % par rapport à l’an passé. L’interprofession contribue également au Plan national de lutte contre les dépérissements de la vigne avec un chèque de 75 000 euros. Avec un budget de 295 000 euros, InterLoire destine la moitié* de ses fonds techniques à la R&D.

Parmi les programmes de recherche retenus sur l’année, quatre sont nouveaux. À la vigne, il est question d’« alternative aux herbicides par le paillage de paille de blé » (projet de 5 ans porté par l'IFV). Au caveau, il s’agit de « recherche aux alternatives d’origines naturelles à l’emploi de sulfites dans les vins » (2 ans, IFV) et l'étude de « l'impact de l'acide sorbique sur la vinification des vins effervescents » (3 ans, ESA/IFV). Et sur les marchés, il s'agit d'une nouvelle étude de la « valorisation du Touraine rouge » (3 ans, IFV).

 

* : Les autres missions subventionnées par ce budget technique concernent les actions des chambres d’agriculture (180 000 euros), le transfert des technologies (60 000 euros).
 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé