LE FIL

Front commun

Et de 23 régions viticoles pour la protection mondiale des mentions d’origine

Mardi 20 juin 2017 par Alexandre Abellan

Réunis sur Vinexpo, les membres de la coalition ont affirmé leur volonté de voir évoluer les standards internationaux d’étiquetage des mentions d’origine. Pour en assurer la fiabilité et éviter toute usurpation.Réunis sur Vinexpo, les membres de la coalition ont affirmé leur volonté de voir évoluer les standards internationaux d’étiquetage des mentions d’origine. Pour en assurer la fiabilité et éviter toute usurpation. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Outil de lobbying ayant pesé sur la gestion des extensions internet ".vin" et ".wine", l’alliance Wine Origins annonce sur Vinexpo l'entrée des vignobles de Colombie Britannique, de la McLaren Vale et du Texas.

Le saviez-vous ? Le Texas accueille un vignoble de 1 200 hectares produisant moins de 4 millions de litres de vin par an, en faisant le cinquième bassin viticole des États-Unis. Mais l’amateur, comme le professionnel, de vin sera probablement encore plus étonné de découvrir que l’état à l’étoile solitaire possède huit appellations viticoles, et qu’il compte bien les protéger. « Pour promouvoir nos vins, nous sommes persuadés que la vraie origine de production des raisins et d’élaboration des vins doit être clairement identifiée sur l’étiquette » explique le vigneron Carl Money, le membre fondateur de l’association des vignerons texans.

Aux côtés de ses homologues australiens de la McLaren Vale (Australie) et de Colombie Britannique (Canada), il a signé ce 19 juin à Vinexpo la « Déclaration de Protection de l’Origine des Vins ». « Les vins de la McLaren Vale sont issus d’un climat méditerranéen spécifique, comme les autres membres de la coalition, ils ne peuvent être dupliqués » déclare Jennifer Lynch, la directrice de l’association de ce vignoble d’Australie Méridionale (7 400 hectares pour 9,2 millions de litres produits et 19 appellations).

Lobbying

De huit membres en 2005, l’alliance en réunit désormais vingt-trois dans le monde entier (Barossa, Bourgogne-Chablis, Bordeaux, Champagne, Chianti, Napa Valley, Porto…). En expansion, cette alliance permet de sensibiliser les politiques mondiales aux enjeux de la protection des origines géographiques rapporte Emma Swain, la précédente présidente des Vignerons de Napa Valley. Qui souligne la mobilisation de l’alliance pour encadrer l’utilisation des extensions internet ".vin" et ".wine", commercialisées début 2016 par l’entreprise Donuts, que le consortium a encore rencontré la semaine dernière. En parallèle de ces actions de lobbying, Emma Swain rapporte également que ce consortium entraîne un cercle vertueux au sein de ses membres : « quatre domaines de la Napa Valley viennent d’abandonner volontairement l’utilisation du terme Porto, à cause de ce partenariat. »

"Champagne est une origine, pas un style de vin"

« Aujourd’hui, les usurpations de noms d’origine se concentrent en Russie et aux États-Unis. Le Brésil est rentré dans le rang et la Chine va pouvoir donner des leçons d’honnêteté » estime Jean-Marie Barillère, le coprésident de l’interprofession champenoise pour le négoce. « Notre mouvement est amené à croître, répondant à la demande des consommateurs d’informations transparentes en termes d’authenticité et d’origine des produits alimentaires » conclut-il, espérant que les prochains adhérents viendront d’Afrique du Sud, du Chili et de Nouvelle-Zélande (des discussions sont amorcées en ce sens).

Tags : Vinexpo

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé