LE FIL

La preuve par le terrain

L’Anivin teste son modèle de conduite de vignoble

Mardi 07 mars 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

L'accès à l'eau est la condition primordiale pour pouvoir entrer dans le programme d'expérimentation de pilotage de la viticulture innovante et éco-responsable.L'accès à l'eau est la condition primordiale pour pouvoir entrer dans le programme d'expérimentation de pilotage de la viticulture innovante et éco-responsable. - crédit photo : DR
Après la publication l’année dernière d’un guide pratique sur le sujet, l’Anivin lance avec l’IFV un programme d’expérimentation sur son modèle de vignoble innovant et éco-responsable.

Avis aux intéressés : l’Anivin va, dans quelques mois, lancer un programme d’expérimentation sur la viticulture innovante et éco-responsable. Sur le plan technique, il sera suivi et piloté par l’IFV. Il s’agit de faire la preuve sur le terrain que ce modèle de viticulture à haut rendement est performant sur le plan technique et économique.

Produire des vins de France

« Nous allons chercher des viticulteurs prêts à se lancer dans l’expérimentation » explique Bruno Kessler, vice-président de l'Anivin, qui précise que certains se sont déjà spontanément manifestés. La sélection des candidats sort un peu de l’ordinaire. « Nous ne recherchons pas forcément des viticulteurs. Cela peut être un bon agriculteur » explique Bruno Kessler. Les parcelles doivent avoir un accès à l’eau, présenter des caractéristiques pédo-climatiques adaptées. Les candidats seront également jugés sur leur compétence. Il ne sera laissé aucune place à l’improvisation technique, « il faudra simplement appliquer ce que nous avons détaillé dans le Guide pratique de la viticulture innovante publié en 2016 » indique Bruno Kessler. L’objectif est d’implanter un vignoble destiné à produire des vins de France avec des rendements élevés : taille en haie, fertirrigation, enherbement et vendange dès la deuxième année de plantation.

Le champ des recherches n’est pas simplement agronomique et viticole, il s’intéresse aussi aux aspects sociaux. Tous les viticulteurs choisis signeront un contrat de commercialisation avec un négoce afin d'étudier la rentabilité économique d’une telle démarche. Ils s’engageront aussi à ce que leurs parcelles soient des vitrines permettant la diffusion des connaissances. L’objectif est d’atteindre environ 30 hectares en expérimentation. Les plantations ne commenceront pas avant la prochaine campagne.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé