LE FIL

Recherche

Lancement d'une étude sur la compétitivité des vins durables

Jeudi 05 janvier 2017 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 06/01/2017 10:53:37

Encore très théorique, le projet Vinovert essaie de s'expliquer en diagramme. Il reposera notamment sur la « mesure des arbitrages réels des consommateurs de vins, afin de mieux comprendre ce que pèsent les arguments de durabilité par rapport aux caractéristiques sensorielles ou même de marketing ».Encore très théorique, le projet Vinovert essaie de s'expliquer en diagramme. Il reposera notamment sur la « mesure des arbitrages réels des consommateurs de vins, afin de mieux comprendre ce que pèsent les arguments de durabilité par rapport aux caractéristiques sensorielles ou même de marketing ». - crédit photo : Université de Bordeaux
D'ampleur européenne, Vinovert, un consortium de chercheurs, vise à vérifier la demande par les marchés et leur potentiel d'adoption par la filière des vins issus de pratiques durables.

Ayant pour objectif de « concevoir la compétitivité de long terme de la filière Vigne et Vin dans le grand Sud-Ouest européen », le consortium de chercheurs, Vinovert, va étudier les modes de production durables des vins ainsi que les attentes du marché pour ce type de vin dans trois pays : l'Espagne, la France et le Portugal. Constitué de 16 membres, ce consortium de chercheurs, fournisseurs et producteurs doit d'abord définir une batterie de pratiques vertueuses (suppression de produits, modes de conduite...), puis en étudier l'impact économique sur la compétitivité de l'entreprise. Il prévoit ensuite de tester la capacité des opérateurs de l'amont à adopter ces pratiques, quitte à définir des points de blocage. Vinovert doit finalement étudier l'expression commerciale de la pression sociétale croissante pour la réduction des intrants viti-vinicoles.

Achats et actions

Si les protocoles expérimentaux sont en cours de finalisation, au sein des groupes de travail, leur aspiration est transversale, comme l'idée soutenant ce projet holistique. « Le parti-pris du projet Vinovert est d’affirmer que la responsabilité sociétale et environnementale concerne autant le système productif que celui de la consommation » explique l'économiste Eric Giraud-Héraud, directeur scientifique du programme, sur le site de l'INRA (dont il est directeur de recherche). Reposant sur une étude agro-économique des surcoûts de la viti-viniculture durable, l'étude de Vinovert doit donc aller au-delà en intégrant des tests sur la réalité des comportements d'achat des consommateurs et d'actions des techniciens.

Pour le moins ambitieux, ce programme de recherche s'appuie pour trois ans de recherche sur 1,6 million d'euros (dont 1,2 million € de fonds européens). Il mobilise surtout un consortium de 16 partenaires*, aussi bien universitaires que privés (caves coopératives et particulières, fournisseurs...), de la Suède au Portugal (en passant par les vignobles bordelais, catalans et languedociens). Ayant été lancé en juillet 2016, le projet Vinovert sera officiellement dévoilé ce 24 janvier à Bordeaux. Il doit se conclure en juin 2019.

Les membres du consortium

Les membres du consortium sont l'AC PALMELA (coopérative portugaise), l'Associação para o Desenvolvimento da Viticultura Duriense (Portugal), la bodega Martin Codax (coopérative de Galicie), le Centro de Investigación en Economía y Desarrollo Agroalimentario (CERDA, Catalogne), Ecofiltra (Portugal), l'Instituto de Investigación y de Análisis Alimentario (IIAA, Galicie), l'Instituto Superior de Agronomia (ISA, Portugal), l'Instituto Nacional de Investigação Agrária e Veterinária (INIAV), l'Instituto de Investigación y Tecnologías agroalimentarias Galicia Universidad de Santiago de Compostela (IRTA, Galicie), les Instituts Nationaux de la Recherche Agronomiques de Bordeaux et Montpellier (INRA), Ramos Pintos (producteur portugais), l'Université de Bordeaux (Institut des Sciences de la Vigne et du Vin), les Vignerons de Buzet (Lot-et-Garonne), les Vignerons de Tutiac (Gironde). Le consortium accueille aussi en tant qu'associés Bordeaux Sciences Agro, le Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux, le Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc, l'Institut National de l’Origine et de la Qualité, le cluster Inno’Vin, le fournisseur Biolaffort... Et la Swedish University of Agricultural Sciences (Suède).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé