LE FIL

Du changement climatique aux nouveaux cépages

Philippe Mauguin trace la feuille de route 2017 de l'INRA

Lundi 26 décembre 2016 par Tribune

'Une viticulture durable et respectueuse de l’environnement, des produits de qualité correspondant aux attentes des consommateurs, une compétitivité améliorée de la filière viticole française, sont autant de défis majeurs à relever' résume Philippe Mauguin.'Une viticulture durable et respectueuse de l’environnement, des produits de qualité correspondant aux attentes des consommateurs, une compétitivité améliorée de la filière viticole française, sont autant de défis majeurs à relever' résume Philippe Mauguin. - crédit photo : Christophe Maître (INRA)
Ayant tout juste pris la direction de l'Institut National de la Recherche Agronomique, l'ingénieur des eaux et forêts détaille dans cette tribune les axes de la recherche viti-vinicole de demain. Et annonce au passage une prochaine mise au point de la politique de l'INRA sur les variétés résistantes.

L’Inra mène des recherches sur la vigne et le vin, dans ses unités de recherche et ses domaines viticoles, au cœur des régions françaises et au plus près des acteurs de la filière. Je vous propose un point sur quelques-uns des nombreux travaux que mènent les équipes de l’Institut, le plus souvent en partenariat avec la recherche appliquée et les professionnels. De nombreuses recherches couvrent différentes problématiques et sont menées principalement dans nos centres d’Angers, Bordeaux, Colmar, ou encore Montpellier. Ceci permet tout à la fois d’être au plus près des différents vignobles mais de conduire les différents axes de recherche avec une cohérence nationale.

Changement climatique

L’adaptation de la vigne au changement climatique, la résistance à la sécheresse et le lien avec les questions de typicité des vins, sont étudiés finement par nos équipes. Les chercheurs s’intéressent à l’alimentation hydrique de la vigne et au changement de stades phénologiques induits par les changements de température. Le grand projet LACCAVE, déployé dans le cadre du méta-programme interdisciplinaire sur l’adaptation au changement climatique, a permis la production de connaissances scientifiques tout à fait originales dans ce domaine.

Dans le domaine de l’œnologie, l’Inra mène de très importants travaux, en particulier sur les qualités organoleptiques des différents types de vin. Dans la perspective du changement climatique, les études se poursuivent sur la production de vins à bas degrés d’alcool, le choix de cépages pour la vinification à bas degré et la conduite de la vinification. Nos travaux sur la transformation des produits de la vigne, ont également permis d’identifier des variétés particulièrement adaptées à la production de jus de raisin, avec des qualités organoleptiques remarquables.

Gestion des bioagresseurs

La santé de la vigne est une autre préoccupation majeure, puisqu’elle est au cœur de la performance économique et environnementale du vignoble. La conduite du vignoble, le développement du biocontrôle, les outils d’aide à la décision ou encore l’amélioration génétique sont mobilisés de façon cohérente pour produire des systèmes à faibles utilisations de produits phytosanitaires. Nos unités expérimentales viticoles permettent de tester des systèmes innovants dans différentes grandes régions viticoles. Des kits pour détecter des gènes de résistance à certaines maladies sont en cours de développement. Parmi les bioagresseurs sur lesquels nous concentrons nos recherches, il y a bien évidemment le mildiou et l’oïdium, les maladies du bois et plus généralement le dépérissement, ou encore les nombreux virus qui peuvent affecter la vigueur de la vigne.

Nous avons tout récemment annoncé le lancement de la première chaire industrielle en agronomie pour lutter contre les maladies du bois de la vigne. Financée par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), elle renforce nos collaborations avec Jas Hennessy & Co et Bordeaux Sciences Agro, pour aboutir à une stratégie de protection agroécologique du vignoble. Ce dispositif nouveau vient s’articuler de façon idéale avec la dynamique lancée au niveau national, sous la tutelle du Comité National des Interprofessions des Vins à appellation d'origine (CNIV), pour mobiliser de façon cohérente tous les leviers afin de lutter contre les différentes causes du dépérissement du vignoble. Et aussi avec la dynamique européenne incarnée par le projet COST Maladies du bois, coordonné par l’Université de Reims.

Innovations variétales

Enfin, l’adoption de l’innovation est un sujet sur lequel se penchent nos scientifiques. L’image du vin français est ancrée dans une tradition, et les chercheurs analysent comment les vignerons s’emparent des innovations pour faire évoluer leurs pratiques. Les études comparatives entre plusieurs pays européens ou encore la capacité à anticiper le changement climatique constituent des cadres très originaux pour l’étude des transitions en viticulture.

Dans quelques jours, nous dévoilerons publiquement, avec nos partenaires de l’Institut Français de la Vigne et du Vin, notre stratégie de diffusion des variétés de vignes résistantes au mildiou et à l’oïdium. Allant de l’innovation variétale au déploiement expérimental permettant le suivi de l’évolution des pathogènes au travers d’un observatoire dédié, associant les organisations interprofessionnelles. Rendez-vous donc en 2017 pour une étape importante à partager avec les professionnels de la filière viti-vinicole.

Je souhaite à tous les acteurs de la filière viti-vinicole un beau millésime 2017

Sélection variétale : le projet Geno-Vigne 2

Des unités mixtes technologiques, toutes en partenariat avec l’IFV, s’articulent autour de projets de R&D, depuis la production de nouveaux cépages jusqu’à la vinification. Citons par exemple Geno-Vigne 2, visant à optimiser la gestion, la conservation et la valorisation des ressources génétiques de vigne en France, au profit de la filière viti-vinicole. Il s’agit aussi d’assurer le transfert de technologies innovantes d’analyse de la diversité, basées sur les avancées récentes de la connaissance du génome de la vigne et de son séquençage, créer de nouvelles variétés de raisin de table et de cuve résistantes et sélectionner de nouveaux clones au sein des cépages majeurs qui font la réputation de nos vignobles.

A ce sujet, les ressources génétiques sur lesquelles s’appuient les travaux de Geno-Vigne, sont abritées au domaine Inra de Vassal, conservatoire de référence au niveau international, remarquable par l’importance de la diversité génétique au sein de Vitis vinifera et des espèces apparentées. Cette collection ampélographique, la plus grande du monde, est aujourd’hui menacée par la montée des eaux de la Méditerranée, conséquence du changement climatique. Les travaux sont initiés pour assurer son transfert. Et parmi les étapes en cours, figure l’assainissement de toutes les accessions, et ainsi transférer du matériel indemne de toute virose.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé