LE FIL

Salon des vins septentrionaux

Vinovision sur de bons rails

Lundi 07 novembre 2016 par Bertrand Collard

Pierre Clément, président de l'association des vignobles septentrionaux, Jean-Martin Dutour (InterLoire), Joël Falmet (SGV Champagne) et André Séguala (BIVB) présentent le salon VinoVision au Brut à Paris
Pierre Clément, président de l'association des vignobles septentrionaux, Jean-Martin Dutour (InterLoire), Joël Falmet (SGV Champagne) et André Séguala (BIVB) présentent le salon VinoVision au Brut à Paris - crédit photo : Bertrand Collard
Les organisateurs de Vinovision assurent que leur nouveau salon attirera de nombreux visiteurs. Ils font appel à une agence à l'affût des nouvelles tendances pour montrer que les vins septentrionaux sont bien dans l'air du temps.

« Ils vont voir qu’il y a de la lumière, ils vont entrer », assure Jean-Michel Gressard. Comme tous les acteurs VinoVision, ce consultant s’est montré très confiant dans la réussite de ce nouveau salon lors d’une conférence de presse à Paris le 4 novembre. Il est persuadé que les acheteurs des grandes surfaces seront au rendez-vous les 12, 13 et 14 février prochain à la porte de Versailles à Paris.

La lumière qui les attirera, c’est l’offre des vignobles septentrionaux. Les organisateurs annoncent que tous les vignobles au nord de Lyon seront représentés, jusqu’au Bugey et aux Côtes de Toul. Des régions productrices de vins frais, au goût du jour.

60 % de l'offre des vins blancs AOC

« Nous représentons 80 % des bulles AOC de France et 60 % des vins blancs AOC », affirme Pierre Clément, viticulteur à Mentou-Salon et président de l’association des vignobles septentrionaux, co-organisatrice de VinoVision avec Comexposium.

« Nos rosés sont une alternative à ceux du Sud. Et nos rouges sont différents de ceux du reste du monde », complète Jean-Martin Dutour, vigneron et négociant à Chinon, président de la commission communication d’InterLoire.

340 exposants se sont engagés à ce jour. « Nous terminerons aux alentours de 500 », assure Valérie Lobry, directeur général de la division agriculture et alimentation de Comexposium. C’est moins que l’objectif initial de réunir 600 exposants.

"Une place de marché pour l’exportation"

Les organisateurs espèrent aussi attirer 10000 visiteurs. Ils veulent faire de leur salon une place de marché pour l’exportation. « Si nous voulons valoriser nos vins, il n’y a pas d’autre solution », rappelle Jean-Martin Dutour. Mais en la matière, les objectifs sont raisonnables. « Faire venir 500 visiteurs étrangers, ce serait déjà une très belle réussite, concède Valérie Lobry. Nous mettons de très gros moyens pour faire connaitre le salon à l’étranger ».

Pour montrer que les vins septentrionaux sont bien au goût du jour, Vinovision a confié une mission à Nelly Roli. Cette agence parisienne est à l’affut des nouvelles tendances à travers le monde pour éclairer les marques. Elle doit créer un espace d’exposition sur le salon pour présenter aux visiteurs sur les nouvelles tendances de consommation du vin.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé