LE FIL

Vinitech

Pera dévoile de nouveaux pressoirs

Lundi 17 octobre 2016 par Marion Bazireau

Première surprise : le nouveau Smart Press de Pera est orange.Première surprise : le nouveau Smart Press de Pera est orange. - crédit photo : Pera-Pellenc
Avec sa nouvelle gamme de pressoirs, Pera promet aux vignerons un gain de temps et une meilleure protection de la vendange.

Lorsque nous étions passés sur le stand Pera, au SITEVI, pour dénicher des nouveautés, nous avions fait chou blanc. Mais l’entreprise nous avait promis quelque chose pour le Vinitech. Pari tenu, avec la sortie d’une nouvelle gamme de pressoirs pneumatiques, baptisée Smart Press.

A LIRE AUSSI

Matériel et équipement
Pellenc et Péra, même combat
Entreprises
Vinitech dévoile son palmarès

Ne soyez pas surpris, ces pressoirs ne sont pas bleus mais oranges. « Nous avons choisi cette couleur pour harmoniser les gammes de Pera et Pellenc », se justifie Stéphane Cottenceau, responsable marketing du groupe. Un relifting, qui accompagne bien d’autres innovations.

A l’intérieur, surprise : à la place des drains trapézoïdaux on découvre six grilles d’égouttage qui occupent la moitié de la cage. « C’est la grosse nouveauté », s’enthousiasme Stéphane Cottenceau. Cette grande surface d’égouttage fait gagner un temps précieux. Au remplissage, le jus s’écoule plus vite dans le bac. « Et comme on écoule plus de jus, on peut loger davantage de vendange dans la cage : 15 à 40% de plus que dans les anciens modèles ». Le nettoyage aussi s’en trouve simplifié. Pour laver l’arrière des grilles il faut les soulever avec une petite clé. Comptez 30 à 40 minutes au total. Pour ceux pour qui ne veulent vraiment pas s’embêter avec le nettoyage, Pera installe un furet qui parcourt l’intérieur du pressoir, pendant que la cage fait des rotations, en un peu plus de 10 minutes.

Protection de la vendange

Très pratiques, les Smart Press sont aussi respectueux de la vendange. Plus vite écoulés, les jus moins soumis à l’oxygène. Mais surtout, Péra propose d’équiper ses pressoirs des systèmes Enoxy et Enoxy +. Dans le premier cas, on envoie un gaz neutre dans la cage du pressoir pendant les rebêches. Dans le second, on verse du SO2 ou de l’acide ascorbique dans un réservoir gradué situé sur le côté du pressoir. Le réservoir est relié à une pompe doseuse qui alimente des buses disposées sur la cuve du pressoir. Celles-ci aspergent la vendange lors des émiettages.

Pilotage intelligent

Autre innovation, proposée de série : le pilotage intelligent, très intuitif, qui a de quoi rassurer les vignerons peu à l’aise avec le pressurage. Sur l’écran tactile, il suffit de déplacer deux curseurs. Sur le premier, on indique sur une barre graduée de 0 à 5 selon la rapidité souhaitée, sachant qu’un pressurage rapide se fera au détriment de la qualité. Même chose sur le niveau d’assèchement, entre sec et très sec. Une fois lancé, le pressoir se gère tout seul. En fonction de la consigne donnée par le vigneron, les montées en pression sont plus ou moins rapides. Et le bac à jus est pourvu de deux capteurs de niveau, qui optimisent les cycles. « Si dès 1300 mbars, plus aucun jus ne coule, le pressoir s’arrête, détaille Stéphane Cottenceau. On économise des gonflages, regonflages, et rebêches inutiles ».

De 20 à 600 hectolitres

Les nouveaux Smart Press sont dotés d’une cage fermée ou cage ouverte. Les premières sont disponibles dans des volumes allant 20 à 150 hl. Les cages ouvertes sont proposées entre 40 et 150 hl. Toutes deux sont proposées avec une ou deux portes qui s’ouvrent et se ferment de manière indépendante. Pera a également retravaillé sa gamme PN, désormais baptisée PN évolution. Les PN évolution ont bénéficié des mêmes innovations que les Smart Press. Leur capacité s’étend de 240 à 600 hl. Les tarifs de ces pressoirs seront dévoilés lors du salon.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé