LE FIL

Loi des séries

Les vignes de Cognac passent dans un couloir de grêle [actualisé]

Lundi 30 mai 2016 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 31/05/2016 09:19:47

Les cellules orageuses se sont installées sur le vignoble charentais ce 25 mai au soir, sans que les équipements anti-grêle ne soient allumés.Les cellules orageuses se sont installées sur le vignoble charentais ce 25 mai au soir, sans que les équipements anti-grêle ne soient allumés. - crédit photo : Observatoire Français des Tornades et Orages Violents Keraunos (Mathieu Masenscal).
Dans la nuit du 25 mai, un violent orage a surpris le vignoble charentais. Ravageant des parcelles gelées il y a un mois, grêlées il y a deux ans. Elles sont désormais exposées sanitairement.

Après la nuit d’orages ayant déchiqueté le vignoble de Cognac vendredi dernier, amertume et lassitude dominent. L’alerte jaune de Météo France n’a malheureuesement pas éveillé les soupçons et c’est un orage aussi violent que surprenant qui a soufflé sur les vignes. Les grêlons ont haché les feuilles déployées et boutons floraux, tandis que les générateurs à iodure d’argent restaient au repos.

Après un week-end à constater les dégâts, l’accablement domine au cœur de ce couloir de grêle, déjà sérieusement ravagé il y a deux ans. « Il est encore difficile de donner des chiffres et des surfaces, mais on est sur un couloir large de 5 kilomètres et des dégâts plus importants qu’en 2014 » avance Anne-Lise Martin, la responsable du département viticulture de la Chambre d’Agriculture de Charente. La technicienne fait état de dégâts sur les crus de Petite et Grande Champagne (Chateaubernard, Coulonges, Jarnac, Genté, Rouillac, Salles-d’Angle…), ainsi que les Bords de Charente et les Fins Bois. Des zones déjà touchées par la grêle il y a deux ans, mais aussi touchées il y a un mois par le gel (communes de Bourg Charente, Saint-Brice…).

"C’est dur à dire, mais il n’y a pas grand chose à faire"


Tombée sur des boutons floraux séparés, la grêle devrait avoir un impact significatif sur la prochaine récolte. Au-delà des dégâts directs sur les inflorescences, les lacérations de végétation peuvent aussi servir de porte d'entrée aux maladies cryptogamiques. Restant frais et humide, « le temps annoncé fait craindre des difficultés de protection phytosanitaire » prévient Anne-Lise Martin. « C’est dur à dire, mais il n’y a pas grand chose à faire. Les bois sont déjà tombés et il faut être vigilant avec les feuillages abîmés. »

 

Mise à jour du 31 mai :

5 500 hectares de vigne ont été touchées par l'orage du 27 mai selon les premières estimations du Bureau National Interprofessionnel du Cognac (soit 7 % du vignoble à eau-de-vie charentaise). Soulignant la sévérité des dégâts, l'interprofession précise que 3 000 ha sont ravagées à plus de 80 %. La Station Viticole conseille « une bonne couverture phytosanitaire, même sur les parcelles touchées à plus de 80% afin de permettre la maturation des bois, et limiter l’inoculum pour la campagne prochaine ». Déconseillant toute taille en vert, les techniciens du BNIC appellent surtout à l'attention des opérateurs pour la taille d'hiver et la gestion de la production 2017.

Une réunion avec la préfecture est annoncée pour ce 2 juin. Des mesures d'accompagnements aux vignerons sinistrés sont attendues.

Tags : Grêle Cognac

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé