Accueil / Commerce/Gestion / La clarification de l'offre en vins du Jura en question

AG de l'interprofession
La clarification de l'offre en vins du Jura en question

A l'occasion de l'assemblée générale du Comité interprofessionnel des vins du Jura, un débat a eu lieu au sujet de l'offre actuelle des vins du Jura. Les opérateurs présents se sont interrogés sur la nécessité de la réorganiser pour la clarifier.
Par Juliette Cassagnes Le 12 mai 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La clarification de l'offre en vins du Jura en question
Face à l'assemblée, Jean-Charles Tissot, président du CIVJ depuis trois ans - crédit photo : J Cassagnes
L

e Comité interprofessionnel des vins du Jura tenait son assemblée générale ce mardi 10 mai 2016 à Poligny (Jura). Après la présentation du rapport d'activité 2015 par son directeur, Baudoin de Chassey, un débat a eu lieu sur le positionnement des vins du Jura suite à la présentation de la thèse d'une étudiante en master « commerce vins et spiritueux » sur le sujet de « l'avenir des vins » de cette région.

Les vins du Jura rencontrent ces dernières années de plus en plus de succès, notamment à l'export, mais l'offre reste mal identifiée et souvent illisible pour la plupart des consommateurs. C'est en tous cas ce qui est ressorti des discussions de ce mardi 10 mai.

Les consommateurs sont perdus

L'appellation Côtes du Jura, par exemple, donne lieu à des vins blancs et des vins rouges, qu'il est possible de produire à partir des cinq cépages jurassiens. En blancs, les cépages peuvent être le savagnin pur, le chardonnay pur, ou encore un assemblage des deux ; ces vins peuvent aussi avoir été ouillés ou non, ce qui fait varier le degré d'oxydation du vin, donc sa typicité, avec, le cas échéant, une mention possible sur l'étiquette. De multiples variations dans les goûts et arômes des vins existent donc au sein de cette appellation. « Certains sont typés, d'autres non, certains sont ouillés, d'autres non.... On ne sait pas ce qu'est le Côtes du Jura, a commenté un viticulteur dans la salle ; comment voulez-vous qu'un consommateur dans une grande surface, sans aucune explication, s'y retrouve ? », a t-il questionné.

Autre incompréhension évoquée lors des débats : le « vin Jaune », élaboré à base de savagnin élevé en fûts pendant six ans, et qui peut, lui-aussi, être produit en appellation Côtes du Jura : « Les consommateurs sont perdus entre le savagnin et le vin Jaune, ils ne font pas la différence, a témoigné un autre vigneron présent. Il y a une confusion entre les deux, car le premier peut être aussi qualitatif que le second. Cela explique que le vin jaune a du mal à décoller dans les ventes..Il faut une meilleure définition de nos produits, le consommateur s'y retrouvera mieux ».

Le collectif, un gage de réussite

Ce problème d'identification de l'offre a également été pointé par l'étudiante, qui a proposé, dans le cadre de sa thèse, un positionnement du vignoble jurassien sur les vins blancs et une structuration de l'offre sous forme pyramidale, à l'image de ce qui se pratique déjà dans les autres régions viticoles. La base étant constituée des vins « floraux », « les plus volumiques et les plus facilement commercialisables », suivis des vins blancs « typés », puis des vins jaunes et des vins jaunes « premiers crus », situés sur les terroirs de marnes bleues. Enfin, au plus haut de la pyramide, seraient positionnés les vins jaunes « Grand cru » issus de l'appellation Château-Chalon. « Nous avons des appellations fortes, elles font partie de notre ADN, a aussi tenu à rappeler un autre vigneron, suite à cette proposition. Un positionnement sur nos appellations serait aussi possible... ».

En résumé, s'il est nécessaire que l'offre soit clarifiée, il est important de conserver « la diversité qui caractérise si bien les vins du Jura ». Reste maintenant à voir si la réflexion va plus loin. Si c'était le cas, elle ne pourrait aboutir qu'à condition que l'ensemble des acteurs – viticulteurs, coopératives, négociants - aillent « tous dans le même sens » et travaillent de façon collective, afin de parvenir à élaborer une stratégie commune à l'ensemble du vignoble. 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé