LE FIL

Année noire

Le point sur le gel dans quatre régions

Vendredi 06 mai 2016 par Marion Sepeau Ivaldi

Jeune feuille brûlée par le gel.Jeune feuille brûlée par le gel. - crédit photo : Domaine Poisot
La semaine du 25 avril, marquée par des températures négatives, a produit des dégâts dans de nombreuses régions. Le point en Bourgogne, Champagne, Gironde et Cognac.

Bourgogne

Les présidents des ODG se sont réunis le 4 mai pour faire le point sur la situation. « L’ampleur des superficies touchées n’a jamais était vue ! » affirme le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne. Cependant, les conséquences précises des dégâts sont pour l’heure impossibles à établir. « Il faut attendre de voir comment la végétation repart dans les semaines qui arrivent » explique l’interprofession bourguignonne.

La situation économique des exploitations préoccupe énormément. « Une très forte inquiétude plane sur le vignoble » s’alarme le BIVB. Certaines régions, comme le Nord de la Côte de Beaune, enchaînent les sinistres climatiques avec trois années de grêle faisant suite à une année de gel (en 2011). Au global, les stocks ne sont pas très importants : ils se portaient à 9,5 mois au 31 juillet 2015, ce qui reste en deçà des 12 mois, la durée recherchée pour un équilibre économique.

Dans ce contexte, les organisations professionnelles vont demander des aides pour faciliter le cap de trésoreries difficiles. Une annulation des charges patronales et sociales sera demandée pour permettre de faire face au surcroît de travail nécessaire pour rétablir la vigne après le gel. Un volet bancaire sera aussi activé pour demander une année blanche et l’octroi de prêts à moyen terme pour soutenir la trésorerie des exploitations. Enfin, des négociations vont s’engager avec les représentants des propriétaires fonciers pour réviser les prix des fermages. Ceux-ci ont très fortement augmenté et, face à la très petite récolte qui s’annonce, beaucoup craigne de ne pas pouvoir honorer les prix.

Le vignoble bourguignon compte 28 715 hectares en production.

Champagne

Un peu moins de 5000 hectares sont totalement détruits en champagne sur les 35 000 hectares que compte l'appellation. 7500 hectares sont concernés par des dégâts. La Côte des Bars est la plus touchées avec 4300 hectares détruits. « L’humidité et les précipitations ont accentué les dégâts de gel » indique Dominique Moncomble, directeur de l’Association viticole de Champagne qui compare le gel 2016 à ceux historiques de 89, 90 et 91. Les dégâts se caractérisent par une forte irrégularité : tantôt observés en haut de coteaux, tantôt en bas de vallée, parfois du haut en bas. Le Chardonnay est le plus touché : il avait développé le bourgeon et le contre bourgeon. Le Pinot noir a souffert et le pinot meunier a gelé dans la bourre. Les systèmes de protection anti-gel ont bien fonctionné y compris les systèmes par aspersion. Désormais, chacun va devoir choisir sa stratégie : soit tenter de récolter un minimum cette année, soit choisir de faire l’impasse et de se concentrer pour la vendange 2017.

Cognac

Selon la Chambre d’agriculture de Charente et Charente-Maritime, « l’impact du gel est important » sur le vignoble. La Charente et le nord de la Charente-Maritime ont été touchés. Selon la Chambre, « les dégâts risquent de limiter la production de l’année sur les secteurs touchés ». Mais dans quelle proportion ? Les techniciens ne sont pas encore à même de le dire. Il faut attendre le démarrage des contre-bourgeons.

Pour lire le compte-rendu complet de la Chambre, c’est par ici.

 

Aquitaine

Une centaine d’hectares seraient touchés à plus de 80% en Gironde, estime la Chambre régionale d’Aquitaine. Le département est le plus touché de la région et présente une grande variabilité d’intensité des dégâts. Les secteurs touchés sont : Ouest de l’Entre-deux-Mers, le centre du Médoc, le Nord gironde allant du Blayais à Coutras et le sud Libournais. La

La Dordogne a connu également quelques températures négatives. « Les symptômes se limitent à quelques feuilles touchées » indique la Chambre régionale.

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
rol Le 03 mai 2017 à 16:20:36
100 Ha pour toute la Gironde....selon la Chambre régionale..... Ridicule......ce sont surement des fonctionnaires qui n'ont pas mis le nez hors de leurs bureaux chauffés .....C'est de Milliers d' Hectares qu' il s' agit..... HONTE à eux ......et je préfere ne pas en dire plus pour rester poli.......
Philippe Bizet Le 03 mai 2017 à 15:04:58
En ce qui concerne le gel dans le cognacais le sud de la Charente Maritime au bord de la Gironde a été sévèrement touché aussi.
Rédaction Le 11 mai 2016 à 08:50:09
Bonjour, Vitisphere a réalisé deux articles dédiés au gel en Val de Loire uniquement. C'est pour cela que cet article ne traite pas du vignoble ligérien. Merci à nos lecteurs pour leur lecture attentive :)
Jacques 51457 Le 11 mai 2016 à 06:59:09
Et la Touraine, vous n'en parlez pas ???
Yves Plaisantin Le 10 mai 2016 à 23:57:04
Et la Loire???????? Hallucinant !!!!! C'est nous qui sommes les plus touchés!!!!! Est-ce qu'on existe??????????
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé