LE FIL

Gel

Le Val de Loire touché très sévèrement

Jeudi 28 avril 2016 par Marion Sepeau Ivaldi

Le gel a durement frappé le vignoble de la Loire. Les dégâts ne sont pas encore évalués.
Le gel a durement frappé le vignoble de la Loire. Les dégâts ne sont pas encore évalués. - crédit photo : DR
Les dégâts sont jugés historiques dans la Vallée de la Loire, du Muscadet jusque dans le vignoble du Centre.

« C’est un gel aussi intense que celui de 1991 ou 1994. C’est la catastrophe !» lâche Guillaume Lapaque, directeur de la Fédération des associations viticoles (FAV 37). Jean-Martin Dutour, président de l’AOC Chinon, confirme l’ampleur des dégâts consécutifs au gel intervenu le 27 avril. « Les dégâts sont variables mais de nombreuses parcelles sont touchées à 50%. La plaine a beaucoup souffert» indique-t-il dans la journée du 27 avril. Ce gel a également touché le vignoble du Centre. « Les appellations Pouilly-Fumé et Menetou-Salon sont très touchées » précise Benoît Roumet, directeur du Bureau interprofessionnel du Centre, tout en glissant « le gel touche fortement le vignoble tous les 25 ans. Cela se confirme cette année ». A l’Ouest, l’Anjou et le Muscadet comptent également les premières feuilles noircies. En clair : l’ensemble du vignoble ligérien est touché, souvent le taux de 50% est avancé, mais il doit être confirmé.

La vague de froid se poursuit

Ce qui caractérise la vague de froid qui s’abat sur le vignoble ligérien est qu’il s’est produit en trois épisodes. « Nous avons eu du gel la semaine dernière, le lundi 25 avril et le 27 avril » explique François Robin, du syndicat du Muscadet. Cette vague de températures négatives qui doit se poursuivre dans les prochains jours rend difficiles les estimations, déjà délicates à produire lors d’un épisode de gel ponctuel. Par ailleurs, « la fraîcheur devrait se poursuivre la semaine prochaine ce qui va limiter les repousses » prédit François Robin.

Mais déjà Guillaume Lapaque tout comme François Robin s’inquiètent des conséquences économiques. « Nous nous attendons à une faible récolte en 2016 dans notre vignoble dont la productivité souffre déjà des manquants et des maladies du bois » se désole François Robin. Guillaume Lapaque s’inquiète quant à lui des stocks. « Ils sont au plus bas à Vouvray, à Montlouis et sur les trois appellations rouges ». Et sans stocks difficile de répondre aux besoins du marché en cas de baisse de la production…

 

Un témoignage, une précision sur la vague de gel que traverse la France ? Partagez vos expériences les envoyant à redaction@vitisphere.com

 

 

 

 

 

Vignobles septentrionaux touchés
Le gel du 27 avril a également touché la Champagne, Chablis et la Bourgogne. D’autres articles de Vitisphere feront le point dans ces vignobles.
Tags : Gel Val de Loire

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé