Accueil / Commerce/Gestion / La filière anglaise des vins et spiritueux vote pour l'Europe

Brexit
La filière anglaise des vins et spiritueux vote pour l'Europe

90 % des professionnels britanniques sont partisans du maintien au sein de l'Union Européenne. Une position plus tranchée que la population anglaise, qui doit se positionner par référendum en juin.
Par Alexandre Abellan Le 13 avril 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La filière anglaise des vins et spiritueux vote pour l'Europe
Ce 23 mars, David Cameron était entouré du lobbyiste Miles Beale (WSTA) et de sa secrétaire d’état à l’environnement, Liz Truss. - crédit photo : WSTA
E

n recevant au 10 Downing Street les représentants de l’Association Britannique des Distributeurs de Vins et Spiritueux Anglais (la WSTA), le premier ministre David Cameron cherchait à connaître l’importance pour leurs affaires de l’accès au marché communautaire. La réponse est tombée nette : « la large majorité des acteurs des vins et spiritueux pensent que le Royaume-Uni est plus fort dans l’Union Européenne ». Tranchée, cette position est soutenue par un sondage réalisé par la WSTA auprès de ses 300 membres : 90 % sont favorables au maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne, 2 % y sont opposés et 8 % sont indécis. Une position nettement plus tranchée que celle de la population anglaise (navigant dans l’indécision selon les sondages compilés par le Financial Times).

Un bond dans l’obscurité

Artisan de ce référendum, mais partisan d’un maintien dans une Union Européenne taillée à la mesure anglaise, David Cameron a lâché lors de l’entretien avec la WSTA que « ceux qui veulent quitter l’Europe ne peuvent pas vous garantir si les entreprises anglaises pourront toujours accéder au marché commun européen […]. Ils vous offrent un risque à un moment d’incertitude. »

« Les accords de libre-échange ne poussent pas sur les arbres » renchérit Miles Beale, le directeur général de la WSTA. « Le premier ministre a été très attentifs aux arguments de nos membres, qui croient que la filière pourra plus investir, croître et créer des emplois si le Royaume-Uni reste dans l’Europe. »

Aversion à l’incertitude

En cas de sortie de l’Union Européenne, la WSTA estime que ses acteurs pâtiraient non seulement des contre-coups douaniers et réglementaires (notamment sur l’étiquetage), mais aussi d’une moindre attractivité auprès des investisseurs, des étudiants et des experts.

Le référendum sur le maintien au sein de l’Union Européenne du Royaume-Uni se tiendra le 23 juin 2016. L’incertitude sur l’issue de cette consultation n’est pas pour apaiser les acteurs de la filière. Ils sont déjà inquiets par les taux de changes moins favorables de la livre face à l’euro, préférant définitivement pour leur business la stabilité aux possibles changements.
 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé