LE FIL

Plantation nouvelles 2016

Le maximum pour la France, des restrictions en régions

Vendredi 18 décembre 2015 par Bertrand Collard

8057 ha de plantations nouvelles ont été ouvertes, soit le maximum légal.
8057 ha de plantations nouvelles ont été ouvertes, soit le maximum légal. - crédit photo : DR
Le conseil des vins de FranceAgriMer s’est prononcé en faveur de l’attribution, au maximum, de 8 057 ha d’autorisations de plantations nouvelles en 2016. Localement, dans bien des cas, le contingent sera inférieur au seuil de 1 %.

Le 16 décembre, le conseil des vins de FranceAgriMer a donné son aval pour l’attribution l’an prochain de 1 % de plantations nouvelles sur l’ensemble de la France. C’est le maximum autorisé par la réglementation européenne. Ce pourcentage correspond à 8 057 ha, et non pas 7 500 ha, comme cela a été dit à plusieurs reprises.

Pour autant, tous les vignobles ne seront pas logés à la même enseigne. Comme la réglementation le permet, certains d’entre eux ont activé la clause de sauvegarde. La production y a demandé des contingents de plantation inférieurs à ce seuil de 1 %.

Au total, ces restrictions portent sur 85 AOC, 11 IGP et 11 zones de production de vins sans IG. Sur l’ensemble de ces secteurs, le conseil de FranceAgriMer a voté pour qu’on ne puisse pas délivrer plus de 3 500 ha de plantations nouvelles en 2016.

Opposition du négoce

À l’heure du vote, seules les demandes portant sur les contingents de plantations nouvelles de vins sans IG ont posé des problèmes. Le négoce s’est opposé aux demandes concernant le Val de Loire, le Centre, l’Aquitaine, la vallée du Rhône, la Provence et la Moselle. Dans tous ces cas, aucun accord n’avait pu être trouvé à l’Anivin de France.

Quoi qu’il en soit, la décision finale appartient au ministre de l’Agriculture qui doit signer un arrêté devant être publié au plus tard le 31 décembre. Cet arrêté comprend d’autres mesures votées à l’unanimité par les membres du conseil. Pour obtenir une autorisation de plantation nouvelle, chaque demandeur devra s’engager à produire jusqu’en 2030 le vin pour lequel il veut faire une plantation nouvelle. S’il fait une demande pour du bordeaux, il devra s’engager à produire du bordeaux. De même, s’il s’agit d’IGP Pays d’Oc ou de vin sans IG.

Enfin, si les demandes dépassent les contingents locaux ou le plafond national, les nouveaux demandeurs de moins de 40 ans et les viticulteurs n’ayant commis aucune infraction à la réglementation seront prioritaires.

Toutes ces dispositions figurent dans un arrêté qui doit paraître avant le 31 décembre.

A LIRE AUSSI

Autorisation de plantation
Le système de téléprocédure fait grincer des dents
Autorisation de plantation
Les arrêtés sont publiés

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
craoux Le 18 décembre 2015 à 09:32:25
Le contrôle du respect de l'engagement à produire dans la catégorie pour laquelle on sollicite une autorisation est une farce. L'échéance 2030, fixée pour le dispositif 2016, sera incrémentée automatiquement conséquemment à l'annualisation du dispositif. Qui peut croire la lisibilité de ce "bordel" annoncé ? Et il reviendrait à qui de vérifier le "respect" (a priori, je ne vois pas que ce soit une contraint e portée dans un CDC d'une IG !). On peut se targuer de cultiver l'esprit Shadock ! ...à moins qu'en "off" tout ce petit monde se fiche bien de savoir ce qu'il en adviendra.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé