Accueil / Viticulture / « Des vins qui risquent de lasser les consommateurs »

Impact du réchauffement climatique
« Des vins qui risquent de lasser les consommateurs »

Quelle appréciation les consommateurs porteront sur les vins produits en 2050, dont les caractéristiques seront liées au réchauffement climatique ? Pour répondre à cette question, une étude a été menée en 2014 auprès de consommateurs de bordeaux. Les résultats, présentés au Sitévi 2015, montrent qu'ils risquent de se détourner rapidement de ce type de vins.
Par Juliette Cassagnes Le 26 novembre 2015
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
« Des vins qui risquent de lasser les consommateurs »
- crédit photo : J Cassagnes
r

ric Giraud-Héraud, économiste à l’Inra de Bordeaux, a cherché à savoir si les vins produits en 2050, ayant donc subi un réchauffement climatique, continueraient de plaire aux consommateurs. Il a donc fait déguster à un panel de consommateurs avertis* – 184 en tout – trois vins typiques d’une même appellation située dans la région de Bordeaux. Le premier vin (A) avait des notes de fruits frais et titrait à 13,9 % vol. Le second (B) présentait les caractéristiques typiques du réchauffement climatique : des notes de fruits cuits, confiturés, avec une teneur en alcool élevée, soit 15,2 % vol. Le troisième (C), dit « intermédiaire », affichait 14,4 % vol.

Pour chaque vin, les personnes interrogées devaient donner une note hédonique, mais aussi leur « consentement à le payer », soit le prix maximum d’achat consenti pour chacun d’eux, afin de recueillir une appréciation des vins encore plus « révélatrice ». Chose surprenante, c’est le vin B qui a le plus remporté l’adhésion, avec 75 % d’intentions d’achat. Le vin A a atteint 60 % et l’intermédiaire, 70 %. « Le vin représentatif du réchauffement climatique est donc plébiscité par les consommateurs », commente le scientifique.

Les consommateurs saturent

Mais un autre test visant à recueillir une seconde « intention » d’achat vient contrebalancer ce résultat. Dans ce deuxième exercice, les personnes interrogées devaient déguster les mêmes trois vins, toujours à l’aveugle, mais cette fois chez eux, sur deux jours, en quatre « prises », avant chaque repas. Cette fois, les préférences s’inversent. Les intentions d’achats du vin B baissent de 20 %, passant derrière les deux autres. Celles pour le vin A, plus léger en alcool, plus fruité, se maintiennent à un niveau stable. « L’inversion des préférences n’est pas liée à une meilleure appréciation du vin “A” mais à un désintérêt pour le vin “B”, explique Éric Giraud-Héraud. Il y a un effet de saturation : les consommateurs l’ont lâché. »

Pour confirmer cette nette évolution dans les préférences des consommateurs, un questionnaire complémentaire sur les caractéristiques perçues du vin B leur a été demandé. Il ressort que ceux-ci perçoivent très bien les notes de fruits cuits et le degré d’alcool élevé, confirmant leur capacité de « discrimination » : « Les consommateurs sont perspicaces, ils ont des goûts et sont tout à fait capables de les exprimer », ajoute le chercheur.

(*Tous étaient des consommateurs réguliers de vins rouges de la région, à des prix supérieurs à 15 €. Le panel était constitué de 87 femmes et 97 hommes.)

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
Francois Le 04 décembre 2015 à 12:03:00
"Une ?tude ? ?t? men?e" .... Avec un peu d'observation et, disons le, un peu plus de professionnalisme, nul besoin de mener une ?tude pour en tirer les conclusions qui sont faites. Ecoutez les cavistes, les restaurateurs, et vous allez vous rendre compte que la consommation se dirige de plus en plus vers des vins titrant de moins en moins en alcool. La question de l'?quilibre me semble essentielle et nous le savons tous, un vin peut titrer 14? sans que l'on ressente ces 14? alors que pour certains vins ? 12? on ne sent que ?a !!! Ca fait 14? !!! non non monsieur j'en veux pas ! Et puis on ne parle que d'intention d'achat ..... J'ai moi m?me l'intention de rester jeune, de ne pas avoir de soucis de sant? et puis de devenir riche aussi ..... Mince, on m'aurait menti ? Intention et r?alit? sont des choses diff?rentes ? Bon, allez, y'a du boulot alors, j'ai l'intention de changer tout ca !!!!
Signaler ce contenu comme inapproprié
rol Le 02 décembre 2015 à 10:51:14
Petit conseil amical ; 20 ans c'?tait la Pr?histoire pour les vins ?trangers am?lior?s depuis par les plus grands ?nologues fran?ais ; Refaites votre d?gustation aujourd'hui....et emportez des Kleenex pour s?cher vos yeux....et pourtant je suis.....producteur ...Bordelais..!!!!!
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé