Accueil / Viticulture / Maladie de Pierce : déjà présente dans le vignoble français en... 1989

L’arrivée de Xylella fastidiosa en Corse inquiète, les archives de la recherche viticole rappellent.
Maladie de Pierce : déjà présente dans le vignoble français en... 1989

Un peu d'histoire
Par Alexandre Abellan Le 10 septembre 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Maladie de Pierce : déjà présente dans le vignoble français en... 1989
l

« Attention ! La maladie de Pierce arrive dans les vignobles d’Europe, il faut réagir rapidement » alerte le Progrès Agricole et Viticole du 15 février… 1989 ! Résonnant avec l’actualité, cette Une était plus qu’un appel à la prudence face à la bactérie Xylella fastidiosa, c’était une alerte suivant le premier diagnostic de ceps français atteint par la maladie de Pierce. Cette chronique, rédigée par le regretté professeur Denis Boubals (Ecole d’Agronomie de Montpellier),  rapporte des résultats positifs à la maladie de Pierce dans le vignoble hexagonal. Réalisés sur des rameaux de la variété de table Superior Seedless, ces tests Elisa avaient été conduits par le professeur Bernard Walter (alors épidémiologue à l’INRA de Colmar, il est retraité depuis).

Si cette alerte a marqué les esprits à l'époque, les pieds infectés étaient suffisament isolés pour que le risque épidémique ait été confiné. Dénonçant la légèreté de la réglementation encadrant les importations viticoles, les critiques du professeur Denis Boubals ont débouché dès1989 à la mobilisation nationale du Service de la Protection des Végétaux et l'utilisation communautaire de l’Autorisation Technique d’Importation. Retrouvée par le professeur Alain Carbonneau dans les archives du Progrès Agricole et Viticole, cette chronique sera commentée dans le numéro de septembre du PAV, 26 ans plus tard.

Dans son article de février 1989, le professeur Denis Boubals, rapporte que cette maladie est originaire de Californie (où elle a été pour la première fois diagnostiquée en 1884), où elle a causé de graves crises viticoles : 1885-1906 et 1935-1946. Selon lui, l’introduction en France de la souche X. fastidiosa fastidiosa* serait due à l’importation irréfléchie de vignes à raisins de table apyrènes, depuis la Californie et via l’Italie. En Europe, le vecteur de la maladie de Pierce aurait été la cicadelle Philaenus spumarius, une espère particuièrement courante (le cercope des près précise Ephytia). Sensibles à cette bactérie, les variétés Vitis vinifera infectées ne peuvent plus qu’être arrachées et brûlées une fois qu’elles sont atteintes (le dépérissement étant inéluctable).

 

 

* : Souche affectant la vigne, contrairement à X. fastidiosa pauca que l’on trouve actuellement dans les vergers des Pouilles et X. fastidiosa multiplex qui a été identifiée en Corse cet été 2015.

 

 

[Photo : Aoûtement partiel et irrégulier d’un rameau de vigne touchée par la maladie de Pierce, Istituto Sperimentale per la Frutticoltura]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé