LE FIL

Cépages résistants

Les vignerons de Tutiac impatients de s'y essayer en VSIG

Mercredi 13 mai 2015 par Alexandre Abellan

Cépages résistants : les vignerons de Tutiac impatients de s'y essayer en VSIG

Au printemps 2016, des viticulteurs de la cave coopérative de Tutiac pourraient franchir le Rubicon et planter des parcelles de cépages résistants au mildiou et à l'oïdium, pour une production à caractère expérimental en Vin Sans Indication Géographique (VSIG). Aujourd'hui, l'intérêt d'adhérents est confirmé et il ne manque plus qu'une décision arrêtée par le conseil d'administration de la cave (et d'ultimes mises au point sur le volet administratif). « Il y a une vraie volonté de réflexion, au vu des enjeux phyto et du temps de mise en place des cépages résistants en AOC » explique Stéphane Héraud (le président de la cave), qui souligne que les tests à échelle réelle n'auront « pas d'enjeux commerciaux, mais l'objectif de nous mettre à la taille d'une unité culturale, à la vigne et en cave ».

Résolus à essayer à court terme les cépages résistants dans leurs terroirs, les vignerons de Tutiac n'ont pas attendu les premiers résultats consistants de la parcelle expérimentale, qu'ils établissaient il y a tout juste un an. Cette parcelle de 50 ares (inscrite dans le programme Casdar*) est pour moitié plantée en merlot, pour le reste avec un panachage de 17 cépages résistants monogéniques (allemands, italiens et suisses). Annoncés sur une vingtaine d'années, ces essais doivent donner des éléments d'adaptation des cépages résistants au terroir bordelais. Peu d'enseignements ont été tirés de la première feuille. Si ce n'est qu'il n'y a eu « que quelques tâches, nécrosées immédiatement, avec seulement deux traitements sur la campagne. Ce qui est très peu vu le millésime 2014 » rapporte Jérôme Ossard, le directeur technique amont des Vignerons de Tutiac. Prévoyant de premières microvinifications en 2016, il annonce des comptages sur les premières grappes en 2015. Alors qu'ont lieu les premières éclosions d'œufs de mildiou dans le vignoble, il estime que « là c'est la vraie vie. On va suivre les préconisations de traitement (deux traitements de contact sur la fleur et en fin de cycle) ».

Les viticulteurs de Tutiac sélectionnent désormais par la dégustation le cépage rouge et le cépage blanc qu'ils souhaiteraient planter dans un an. Leur objectif étant de retenir des profils répondant à des besoins commerciaux pérennes pour la cave. S'imprégnant d'agroécologie, cette démarche doit en effet allier performances environnementales et économiques. « Même si le plant coûte deux fois plus cher, il n'y a pas photo : la pression sociale est très forte sur les phytos » estime déjà Jérôme Ossard. Il estime cependant que « les cépages résistants ne seront pas la seule solution. On essaie également des mesures de biocontrôle, de nouveaux produits, des réductions de pulvérisations des pesticides, des modélisations de la pression cryptogamique... »

 

 

* : Programme national piloté par le Ministère de l'Agriculture pour la recherche appliquée et l'innovation.

 

 

[Photo : Jérôme Ossard ce 11 mai dans le vignoble expérimental des vignerons de Tutiac ; Vitisphere (Alexandre Abellan)]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé