Accueil / Politique / Nouvelle-Zélande : la loi Evin inspire une commission ministérielle

Le rapport d'une Commission inquiète la filière viticole : elle préconise l'interdiction de toute...
Nouvelle-Zélande : la loi Evin inspire une commission ministérielle

Par Alexandre Abellan Le 08 avril 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Nouvelle-Zélande : la loi Evin inspire une commission ministérielle
l

« Loin de promouvoir la santé publique, la tentative de "dénormalisation" de la consommation de boissons alcoolisées en interdisant la promotion et le sponsoring pourrait se révéler négative » : si cette déclaration aurait pu servir de ligne de défense au vignoble français lors des débats de la loi Evin en 1991, elle est d'actualité en Nouvelle-Zélande, où la filière vin* l'utilise en réponse à un possible encadrement de ses moyens de communication.

Rapportées par le Malborough Express, ces craintes se concentrent sur les 14 recommandations d'une Commission d'enquête. D'après le quotidien néo-zélandais, les six experts ont proposé aux ministères de la Justice et de la Santé, l'interdiction de toute promotion de boissons alcoolisées sur tous les supports dont au moins 10 % de l'audience est mineure (ce qui concerne aussi bien les réseaux sociaux que les événements sportifs et culturel). Rendu en décembre 2014, le rapport de la commission inquiète toujours la filière néo-zélandaise, qui finalise ses contre-propositions pour juin (et déploie sa campagne en ligne « cheers », défendant une consommation responsable).

Directeur de l'Association des Vignerons de Malborough, Marcus Pickens confie au Malborough Express que « s'il comprend que l'objectif des recommandations est de réduire les excès dûs aux alcools, la filière est déjà active sur ce sujet ». Et si la Commission cite la loi Evin comme une source d'inspiration, « les preuves existantes n'indiquent pas que la loi ait permis une réduction efficace des consommations à risque. La consommation française d'alcool chutait avant la loi Evin et a continué de chuter. Au contraire, le binge-drinking se généralise auprès des adolescents » soulignait en avril 2014 le groupe Pernod Ricard dans un courrier à la Commission.

 

 

* : et plus précisément les Vignerons Néo-Zélandais (NZW).


 

[Illustration : Cheers!]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé