Accueil / Viticulture / Esca : l'implication du sécateur dans la transmission de la maladie en débat

Il apparaît important de désinfecter les sécateurs, d'après de récents résultats de...
Esca : l'implication du sécateur dans la transmission de la maladie en débat

Par Christelle Stef - La Vigne Vitisphere Le 25 février 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Esca : l'implication du sécateur dans la transmission de la maladie en débat
L

e sécateur propage-t-il l’esca ? Les avis sont partagés. Pour l’IFV, les champignons de l’esca/BDA se disséminent principalement via la pluie. Inutile de désinfecter les sécateurs. Mais des travaux espagnols récents montrent qu’il ne faut pas écarter cette précaution.

En 2012, Josep Armengol et son équipe, de l'Université Polytechnique de Valence ont étudié la flore présente sur les lames des sécateurs. Ils se sont rendus dans quatre vignobles différents. Après avoir taillé 10 pieds de suite, ils ont lavé les lames avec une solution stérile. Ils ont ainsi recueilli vingt échantillons dans lesquels ils ont trouvé des champignons impliqués dans l’esca/BDA. Dans la plupart des cas, ceux-ci sont présents sous la forme de fragments mycéliens. Ces fragments sont-ils susceptibles de contaminer la vigne ? Pour le savoir, les chercheurs ont contaminé des sécateurs avec lesquels ils ont taillé des boutures de porte-greffe 110 R . Quatre mois après, ils ont retrouvé les champignons dans les boutures. Preuve selon eux que les outils de taille sont susceptibles de véhiculer les champignons de l’esca.

Pascal Lecomte de l'Inra de Bordeaux a mené des travaux similaires en 2014. Il a coupé une dizaine de pieds de sauvignon blanc avec une scie égoïne. «Nous avons isolé le champignon responsable de la formation de l’amadou, Fomitiporia mediterranea, dans les fragments de bois récupérés sur la scie. Quand on recèpe un pied atteint d’esca, il est important de désinfecter les outils avant d’opérer sur un autre cep », indique-t-il.

Avant ces nouvelles données, des travaux conduits à l’Inra de Bordeaux puis à l’IFV, entre 1997 et 2004, avaient montré que deux des champignons majeurs de l’esca n’étaient isolés dans les plaies de taille qu’à la suite d’une période pluvieuse.

Qu’en conclure? «La transmission par les outils de taille est possible mais elle n'est pas la voie principale. La dispersion des champignons par voie aérienne est beaucoup plus importante. N’empêche il n’est pas inutile de désinfecter ses outils de taille une fois par jour», préconise Pascal Lecomte.

Extrait du dossier « L’essentiel sur l’esca en 25 points » à paraître dans La Vigne n°272 de Février 2015

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé