Accueil / Communication / Objets connectés et Intelligence Artificielle, des atouts pour la certification
Lundi 19 décembre 2022 share tweeter share facebook share linkedin

Objets connectés et Intelligence Artificielle, des atouts pour la certification

Communication rédigée par ISAGRI
Objets connectés et Intelligence Artificielle, des atouts pour la certification

En moyenne, agriculteurs et viticulteurs consacrent 9 h par semaine à la gestion administrative de leur exploitation. Moins de bureau, plus de terrain, c’est la promesse des objets connectés et de l’intelligence artificielle.


 

« Dans la gestion administrative, la saisie comptable et le suivi des cultures, sont les deux aspects qui prennent le plus de temps, constate Jean-Marie Savalle, dirigeant de la société ISAGRI. Au fil des ans, le contexte réglementaire tend à accroître les impératifs d’enregistrement des données, et par conséquent, de saisie informatique. » En viticulture, la traçabilité parcellaire est, notamment, un enjeu majeur de la conduite des vignobles pour l’accès à la certification Haute Valeur Environnementale ou Agriculture Biologique.

La saisie des interventions, une opération rébarbative et source d’erreurs

La collecte des informations liées aux interventions parcellaires et à la gestion des intrants est au cœur des certifications environnementales. Pourtant, « la saisie est perçue comme une tâche laborieuse et répétitive, qui mobilise du temps », ajoute Jean-Marie Savalle. Qui plus est, l'information est très régulièrement collectée, puis saisie et re-saisie, par le viticulteur, son salarié ou, encore, le technicien de sa coopérative. Ces différentes manipulations des données, parfois notées sur de simples morceaux de papier, sont sources d’oublis et d’erreurs, aux conséquences préjudiciables à l’obtention ou au renouvellement d’une certification.

Les objets connectés, futurs alliés des certifications HVE et AB ?

Les objets connectés, ou IoT, pour Internet of Things, apportent une réponse à cette problématique. Parmi eux, il existe des capteurs dotés d’un accéléromètre qui, fixés sur les enjambeurs et tout autre outil de l’exploitation viticole, détectent les mouvements et collectent les données de manière autonome. « Avec les capteurs connectés reliés à l’application Geofolia EasyTrack (logiciel de traçabilité agricole automatique), le viticulteur n’a plus à vérifier s’il est à jour dans l’enregistrement de ses travaux viticoles, ceux-ci remontent directement dans son suivi parcellaire », explique Cécilia Goret, responsable marketing chez Isagri.

Lorsque les engins s’activent, les capteurs collectent différentes données nécessaires au suivi parcellaire : l’opération réalisée, la date, l’heure, le matériel utilisé, les parcelles concernées, la main-d’œuvre, la surface travaillée, le temps passé. Geofolia EasyTrack a ainsi pour objectif de faire gagner du temps au viticulteur en le dispensant de saisir les interventions tout en lui assurant une traçabilité toujours à jour. En pratique, le suivi parcellaire se fait automatiquement sur validation du rapport des tâches journalières. Si le travail effectué comprend un intrant, l’utilisateur reçoit, en plus, une notification l’invitant à enregistrer la quantité ou la dose appliquée de produit.

Pour en savoir plus sur Geofolia EasyTrack, cliquez sur le lien.

L'Intelligence Artificielle (IA) en comptabilité viticole

L’IA est une autre avancée technologique majeure dans la gestion administrative des exploitations viticoles. Isagri propose la solution AMI Compta, un outil d’enregistrement et d’écriture comptable qui automatise la saisie des factures, tâche peu motivante. « L’IA va permettre de gagner du temps sur des tâches répétitives. L’IA ne se fatigue pas, elle va pouvoir effectuer des tâches rébarbatives en continu », décrit Sarah Rezzougui, cheffe de projet Intelligence Artificielle de l’entreprise des Hauts-de-France. Le temps gagné peut ainsi être passé à des tâches plus valorisantes comme le commerce ou la communication.

Le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication est en passe de révolutionner la gestion administrative des exploitations viticoles dans un but de performances : gain de temps, allègement des contraintes de saisies, sécurité et fiabilité de l’information, optimisation des apports d’intrants, mais aussi confort et sérénité face aux exigences réglementaires.

Pour aller plus loin >>> Visionnez l’interview de Jean-Marie Savalle, Cécilia Goret et Sarah Rezzougui 

© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé