Accueil / Edito / Réassurance récolte

Réassurance récolte

Par Alexandre Abellan Le 17 septembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Réassurance récolte
D

ans la longue série des aléas du millésime 2021, voici venus les épisodes cévenols. Habituelles en cette période de l’année, ces pluies torrentielles semblent gagner en violence, alimentant la perception d’un changement climatique accéléré. Alors que le Gard et l’Hérault écopent depuis mardi (et craignent de nouvelles pluies dès la semaine prochaine), la refonte de l’assurance multirisque climatique tient de l’urgente priorité. Lancée au pas de charge par l’exécutif pour être mise en œuvre dès 2023, cette réforme affiche des principes prometteurs (intervention en cas de "coup dur" de l’État à partir d’une certaine perte de récolte, création d’un guichet unique sans doute géré par les réseaux d’assureurs…) et laisse d’importants détails en suspens (seuils de déclenchement, leviers d’incitation… sans oublier l’épineuse question de la moyenne olympique).

Alors que le vignoble souhaite mettre le plus rapidement possible le millésime 2021 derrière lui, la perspective d’une nouvelle assurance récolte pour 2023 paraît d’autant plus lointaine que les cotisations de contrats multirisques climatiques vont afficher d’importantes hausses pour 2023. Annoncées entre 15 et 25 %, ces fortes augmentations répondent mécaniquement aux importantes diminutions de la récolte en 2021. Ce qui pose la question de la transition d’un modèle assurantiel à l’autre. Sans devoir occulter la question de l’adaptation aux nouvelles contraintes climatiques, avec un besoin d’investissement dans la prévention et l’innovation contre ces aléas. 2021 n’est pas fini que l’on entend déjà parler d’achats de matériels antigels dans le vignoble : l’assurance est multimodale.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé