LE FIL

Sival 2020

Un nouveau capteur pour mesurer l'humectation foliaire

Mercredi 15 janvier 2020 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 11/03/2020 15:41:00

A gauche, le boitier relié à un fil au capteur (à droite); ce dernier s'attache à une branche, au milieu du feuillage
A gauche, le boitier relié à un fil au capteur (à droite); ce dernier s'attache à une branche, au milieu du feuillage - crédit photo : Weenat
La start-up Weenat a mis au point un nouveau capteur, qu'elle présente à l'occasion du Sival 2020. Il mesure l'humectation foliaire de la vigne en temps réel, en relevant la durée (en heures) et la quantité d'eau (intensité) présente sur les feuilles.

L'instrument se présente en trois parties : le capteur proprement dit, censé imiter la forme d'une feuille, que l'on place accroché dans la canopée en début de campagne de traitement. Il est connecté, via un fil, à un boitier muni d'une antenne, que l'on accroche par exemple à un piquet de palissage.

La zone du capteur fonctionne selon la technologie « capacitive » : « Elle créé un champ électromagnétique autour d'elle, avec des niveaux de tensions qui vont être perturbés par la présence d'eau puis relevés », explique Pierre Giquel, ingénieur agronome chez Weenat.

A partir de ces deux paramètres d'humectation, un indice de risque est déterminé, allant de 1 à 10.

"Un traitement plus efficace "
Ces données sont tranmises toutes les 15 minutes vers une application disponible sur smartphone ou ordinateur. L'application permet également au vigneron de consulter l'historique et de se créer des alertes. Ce dernier dispose donc d'une donnée supplémentaire pour affiner le risque maladie et mieux anticiper l’apparition de maladies cryptogamiques. « L'humectation du feuillage reste le paramètre le plus important dans leur évolution », rappelle l'ingénieur. Avec cette information, le vigneron peut également être en mesure de connaître la présence de rosée et, le cas échéant, décider de reporter son traitement pour une meilleure efficacité.

L'application est compatible avec un OAD appelé « RIM pro », un modèle maladie hollandais développé pour le mildiou, l'oïdium et le black rot. L'indice d'humectation y est intégré tout comme les autres paramètres, affinant ainsi les niveaux de risques modélisés.

L'instrument est commercialisé à partir de janvier 2020, au prix de 370€ HT. L'application nécessite un abonnement annuel de 144€. Le boitier fonctionne grâce à une pile, dont l'autonomie peut aller « de 3 à 5 ans ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé