LE FIL

Etats-Unis

La Bourgogne réagit à l'annonce de l'OMC sur les subventions "Airbus"

Jeudi 03 octobre 2019 par Juliette Cassagnes

Les opérateurs français qui exportent des vins aux Etats-Unis sont 'pris en otage' dans la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à l'Europe
Les opérateurs français qui exportent des vins aux Etats-Unis sont 'pris en otage' dans la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à l'Europe - crédit photo : DR
Lors de sa conférence de presse annuelle, l'interprofession des vins de Bourgogne a réagi à l'annonce de l'OMC d'autoriser les Etats-Unis à mettre en place de nouveaux droits de douane.

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a enfin rendu, hier mercredi 2 octobre 2019, sa décision dans le dossier des subventions « Airbus » qui oppose depuis 15 ans les Etats-Unis et l'Europe. Les Etats-Unis sont autorisés à mettre en place de nouveaux droits de douane sur toute une série de produits européens importés ;  le montant total de la sanction financière pour l'Europe s'élevant à 6,8 milliards d'euros (7,5 milliards USD).

A peine la décision de l'OMC était-elle annoncée que l'USTR (le bureau du représentant américain au commerce) a publié sur son site la liste des produits importés susceptibles d'être concernés : les vins français, allemands et espagnols seraient taxés à hauteur de 25% « ad valorem », à partir du 18 octobre 2019, date effective annoncée d'entrée en application de cette mesure. Les vins italiens et le Tokay de Hongrie sont exclus, ces deux pays n'étant pas impliqués dans le dossier Airbus.

"Une vive inquiétude"

Le gouvernement américain précise que cette liste est communiquée à titre « d'information seulement » et que la version définitive sera fixée via un amendement et publiée par l'USTR dans un prochain avis, au Registre Fédéral. Il ajoute également que ces taux pourront être revus à la hausse à tout moment et la liste des produits changée en fonction des discussions avec l'Europe...

L'enjeu pour les vins français est de taille: le marché américain représente d'importantes parts de marchés pour de nombreux vignobles. « Nous sommes très inquiets, c'est une épée de Damoclès sur nos têtes car les USA sont le principal marché export des vins de Bourgogne, avec 20% des volumes, a notamment indiqué hier matin Louis-Fabrice Latour, vice-président du BIVB, lors d'une conférence de presse qui a eu lieu avant l'annonce de la décision de l'OMC. Un taux de 25% serait supportable: nous pourrons travailler, mais nous allons souffrir. Au-delà de 50%, ce ne sera plus tenable ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé