LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Incendie dans l'Aude

Le vignoble prouve une fois encore son rôle de pare-feu

Samedi 17 août 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Clairement, les vignes ont joué un rôle de coupe feu.
Clairement, les vignes ont joué un rôle de coupe feu. - crédit photo : Jacques Serre
Le point sur la situation du vignoble après le terrible incendie qui a ravagé 900 hectares dans l’Aude ce 14 et 15 août.

Parti de Montirat, le feu a détruit 900 hectares de forêts et friches. « Les vignes ont incontestablement joué le rôle de coupe-feu » explique Jacques Serre, vigneron chargé de faire le point sur la situation pour la Chambre d’Agriculture. « Les vignes ont permis aux pompiers de se positionner » poursuit-il, tout en remarquant que les parcelles entretenues et parfois semées par les chasseurs ont, également, retardé le feu.

Dégâts limités sur les vignes

Question dégât au vignoble, les dégâts sont peu importants en comparaison de l’ampleur de la destruction sur les pinèdes et garrigues. Sur le secteur de Monze, Pradelles-en-Val et Montirat qui ont connu l’assaut des flammes, «  20 hectares ne déplorent aucune souches brûlées, 28 hectares présentes 10 à 15 % de vignes brûlées (principalement les premières rangées), 4 hectares sont brûlées entièrement. Il s’agissait de vignes enherbées » énumère Jacques Serre. 2 hectares d’oliviers ont également été détruits par les flammes. Par ailleurs, remarque Jacques Serre, les pompiers n’ont pas largué de retardant près des vignes. Si tel avait été le cas, les parcelles concernées n’auraient pu être vendangées…

 

 

Certaines vignes n'ont pas résisté au feu...

 

Crédit- Jacques Serre

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé