LE FIL

Roboécolo

Un nouveau projet de robot de désherbage pour vignes au Canada

Lundi 09 juillet 2018 par Juliette Cassagnes

Le Culture bot est développé par une start-up au Canada, à VancouverLe Culture bot est développé par une start-up au Canada, à Vancouver - crédit photo : Capture d'écran vidéo youtube
Une société canadienne conçoit actuellement un robot autonome pour désherber les vignes. Si le projet aboutit, il pourra être capable de reconnaître et détruire les adventices par l'émission de radiations électriques.

Une start-up canadienne du nom d'Eleos robotics travaille actuellement à la mise au point d'un nouveau robot de désherbage pour vigne et autres cultures, baptisé « Culture bot ». Grâce à une caméra couleur embarquée et un système de reconnaissance d'image, celui-ci est censé parvenir à reconnaître les espèces végétales présentes, donc à différencier la mauvaise graine de l'ivraie... « On utilise les réseaux neuronaux et des algorithmes pour classifier les adventices que le robot détruit », raconte Yahoel Van Essen, CEO d'Eleos robotics. Une fois la jeune pousse reconnue, le robot émet un faisceau de micro-ondes qui l'irradie. Cette radiation électrique n'agit donc pas en la brûlant par chauffage, mais en détruisant ses cellules. Cette technologie a fait l'objet d'un dépôt de brevet international.

Des essais de désherbage au printemps 2019

Le robot se déplace de façon autonome et évite les obstacles grâce à un guidage GPS et un système de vision. Une fois sa batterie vide, l'engin doit ensuite théoriquement « rentrer » tout seul vers sa station de recharge pour y "refaire le plein" d'énergie, cette dernière fonctionnant à l'électricité solaire. Lorsque la charge est terminée, il retourne ensuite à sa position de départ, qu'il a mémorisé. L'entreprise prévoit aussi de développer une application mobile pour le vigneron, afin qu'il puisse visualiser la localisation des mauvaise herbes sur la vigne parcourue par le robot.

Un prototype a déjà été développé et fera l'objet de nombreux tests au printemps prochain (2019) au Canada et dans le vignoble Californien.

Mais les entrepreneurs souhaitent aussi s'implanter en France ; ils recherchent actuellement des fonds et des partenaires. « Nous sommes en discussion avec un grand groupe coopératif, un fabricant de matériel agricole et un institut publique de recherche, qui se sont montrés intéressés », précise Yahoel Van Essen. Si le projet aboutit, ce dernier aimerait procéder aux premiers tests en Côte d'Or, au printemps 2020.

Pour des démonstrations en vidéos, c'est par ici.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé