LE FIL

Suite du bras de fer

La viticulture boycotte la journée de clôture des EGA

Jeudi 21 décembre 2017 par Bertrand Collard/Christelle Stef

Stéphane Travert, le ministre de l'agriculture lors de la clôture des EGA
Stéphane Travert, le ministre de l'agriculture lors de la clôture des EGA - crédit photo : Christelle Stef
Ce 21 décembre a eu lieu la clôture des Etats Généraux de l’Alimentation. Un événement que la filière viticole a décidé de boycotter. Elle n’a donc pas remis son plan filière.

Définir les grandes orientations pour l’agriculture et l’alimentation pour les années à venir. Tel est l’objectif des Etats Généraux de l’Alimentation qui viennent de se terminer. « Vous pouvez être fiers du travail accompli », a déclaré Stéphane Travert à toutes les parties prenantes, en introduction de la journée de clôture de ces EGA ce 21 décembre à Paris.

"Nous faisons, ce que nous disons"

Mais l'évènement s’est déroulé sans les représentants de la filière viticole. Ni Jean-Marie Barillère, président du Cniv, ni Jérôme Despey, président du conseil des vins de FranceAgriMer n'y participent. « Nous avions dit que nous ne viendrions pas si l'Elysée n'éclaircissait pas la politique de santé publique à l'égard du vin. Cet éclaircissement n'est pas venu. Nous ne sommes pas à la clôture des EGA. Nous faisons, ce que nous disons », explique Jean-Marie Barillère.

Non seulement ces représentants ne sont pas venus, mais la filière n'a pas rendu son plan de transformation, démandé par le gouvernement. Le document est prêt. Mais il est resté dans les tiroirs du Cniv.

Feuille de route

Seul Thomas Montagne, le président des vignerons indépendants de France, s'est rendu à l'événement. «Je suis là, seulement pour voir ce qui se passe, nous a-t-il déclaré. Ces états généraux, c'est une pantalonnade. »

Un boycott qui n'a certainement pas ému Stéphane Travert. « Aujourd’hui nous allons donc tirer les conclusions de ces Etats généraux. Le gouvernement a dressé une feuille de route basée sur les recommandations que vous avez formulées et qui ont fait l’objet de débats, parfois intenses, au sein des ateliers. La plupart sont consensuelles, d’autres le sont moins. Le rôle du gouvernement, c’est, sur cette base, de faire des choix, et, parmi les propositions retenues, de décider celles qui peuvent être suivies et mises en œuvre dès maintenant, celles qui nécessitent un temps de maturation ou de réflexion supplémentaire », a-t-il déclaré

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
LOUIS Le 22 décembre 2017 à 20:05:20
On savait depuis le début que ce machin ne servirait pas à grand chose. Le président des riches n'a rien à faire des hommes de la terre. Ce qu'il faut qu'on redéfinisse, c'est notre rôle dans ce pays. Cela fait un siècle que les commerçants veulent vider nos campagnes, prendre la valeur ajoutée de notre travail. Le pognon, en deux clics il traverse la planète. Pour produire une bouteille de vin, il faut travailler 3 ans avant d'en voir la première. Mes amis, ils ont les sous mais ils sont bien pauvres en culture.
Zaluob Le 22 décembre 2017 à 19:29:21
Il est facile de commander quand la paie tombe toujours
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé