Accueil / Edito / Down under

Down under

Par Marion Sepeau Ivaldi Le 25 novembre 2016
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Down under
I

l y a une dizaine d’années, l’Australie était dans la filière viti-vinicole mondiale l’exemple même de la réussite commerciale et économique à suivre. Le premier pays de la classe ! Certains vignobles français faisaient de l’accueil d’« australian winemaker » un gage de modernité et de technicité. Puis, la crise économique est venue, amplifiée par une problématique d’accès à l’eau. Et l’Australie a progressivement disparu des écrans de contrôle.

A Vitisphere, on aime jouer. Alors nous prédisons que ce pays ne va pas tarder à revenir sur nos radars. D’abord parce qu’économiquement, les signaux sont aux verts, avec des exportations vers la Chine qui ne faiblissent pas (et sont soutenues par l’accord de libre échange en vigueur depuis un an). D’autre part, parce que le pays est capable de lancer l’écriture d’une stratégie collective collaborative avec un certain panache. Imaginez un instant, FranceAgriMer et le ministère de l’Agriculture dire aux vignerons français : écrivez comment doivent être utilisés les crédits OCM, la stratégie la plus audacieuse sera retenue !

En parlant d’audace, Vinitech débute la semaine prochaine. Et le programme s’annonce riche, surprenant et même aromatique : à suivre en direct sur Vitisphere !
 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
jacques Le 25 novembre 2016 à 21:44:35
Vue de l' extérieur et surtout de la France l'Australie a peut être un peu disparu des radars mais sur les marchés elle est toujours aussi active. Elle soufre d'une image de vins " puissants et entrée de gamme" qu'elle est en train de changer en mettant en avant les petits producteurs, lesquels ont considérablement modifié le style de leur vins. les flying winemakers australiens ont beaucoup appris de l'ancien monde et maintenant font des vins dans le style elegant et restrain de notre chère Europe. le "Trade agreement" avec la Chine est un boost pour l'export. Il n'y a que environ 2500 producteurs en Austrtalie et tous issus du meme moule culturel, fonctionnant avec les meme regles, c'est plus facile de réagir dans ces conditions. De toute façon les australiens sont rationnels dans ce pays quand ca ne marche on arrete tout de suite et on met une nouvelle idée en place. C'est plutôt de cela qu'il faut s'inspirer.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé