Accueil / Commerce/Gestion / La campagne des vins des Costières de Nîmes s'annonce à l'équilibre

Malgré une baisse de production
La campagne des vins des Costières de Nîmes s'annonce à l'équilibre

Grâce à des stocks regonflés suite à deux grosses récoltes, le marché de l'AOC Costières de Nîmes devrait rester à l'équilibre, malgré une baisse annoncée de 20 % des volumes pour le millésime 2016.
Par Michèle Trévoux Le 07 octobre 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La campagne des vins des Costières de Nîmes s'annonce à l'équilibre
Les ambassateurs de l'AOC Costières de Nîmes, les crocoteamer, en pleine vendange. - crédit photo : DR
B

onne pioche pour l’AOC Costières de Nîmes. Après deux années de fortes récoltes, l’appellation nîmoise a pu reconstituer ses stocks, à la grande satisfaction du négoce qui craignait d’être en rupture sur certains marchés. Ce rééquilibrage tombe à point nommé alors que le nouveau millésime s’annonce avare. La production devrait cette année être en recul de 20 % par rapport à l’an dernier, soit aux alentours de 190 000 hl. « Nos stocks ont progressé de 100 000 hl en juillet 2015 à 145 000 hl cette année. Malgré la grosse récolte de 2015, le marché est resté à l’équilibre. Les cours se sont maintenus à 118 €/hl pour les trois couleurs alors que les sorties de chai se sont stabilisées. C’est la confirmation qu’il n’y a pas déséquilibre entre l’offre et la demande », soutient Nicolas Ponzo, le directeur de l’ODG. Les deux tiers des volumes sont commercialisés sur le marché domestique, les ventes à l’export restent stables cette année (33 % en volume, 40 % en valeur). Les deux premiers clients restent la Chine et les USA. Le Royaume Uni qui, l’an dernier, arrivait en troisième position, se fait devancer cette année par le Canada pour les ventes en valeur.

Le chantier de la hiérarchisation avance

L’appellation poursuit sa démarche de hiérarchisation. En juin, un dossier a été déposé auprès de l’INAO en vue de la reconnaissance de deux dénominations géographiques complémentaires : Saint-Roman, située au nord dans la partie rhodanienne de l’appellation et Franquevaux au sud sur les terres formées par les alluvions de la Durance.51 domaines et 7 coopératives ont été associés à la démarche. Celle-ci intègre un cahier des charges renforcé, que ce soit en termes de normes environnementales, de durée d’élevage ou encore d’entrée en production des jeunes vignes. Le dossier est en cours d’étude par l’INAO.

 

 

 

 

La CrocoTeam compte 1000 Ambassadeurs !

Lancée en 2015, la CrocoTeam, communauté d’ambassadeurs des Costières de Nîmes, a franchi cet été le cap des 1000 membres. Ces émissaires de l’appellation ont été conviés à une quinzaine d’événements tout au long de l’année, où ils se retrouvent pour parfaire leur connaissance de l’appellation afin d’en porter haut les couleurs. L’inscription à la CrocoTeam est libre, la participation aux ateliers est payante (autour de 10 €). La communauté est pour le moment composée essentiellement de Nîmois. Le projet pour 2017 est donc de l’étendre en créant trois nouvelles communautés à Paris, Lyon et Marseille, pour les Nîmois expatriés mais aussi « pour tous ceux – amateurs de vin ou touristes de retour dans leurs régions – qui ont envie de cultiver une complicité avec les Costières de Nîmes ».

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé