Accueil / Viticulture / Vol de plants de vigne dans un contexte d'offre tendue

Gironde
Vol de plants de vigne dans un contexte d'offre tendue

Dans la même semaine, de jeunes plants de vignes ont été arrachés et volés dans des propriétés girondines, l'une à Frontenac, l'autre à Saint-Yzans-de-Médoc. Le tout dans un contexte de marché tendu et de hausse des prix des plants.
Par Colette Goinère Le 10 mai 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Vol de plants de vigne dans un contexte d'offre tendue
Les plants de vigne sont la proie du vandalisme. Une pratique qui n'est pas nouvelle mais qui n'est toujours pas endiguée. - crédit photo : DR
D
es vols à répétition. Samedi 30 avril, un viticulteur de Frontenac (Gironde) ne pouvait que constater les dégâts : 740 plants de vigne de cépage colombard qu’il avait plantés, avaient été arrachés et volés, ainsi que 2 000 tuteurs. Un préjudice estimé à 1 400 €. Même scénario à Saint-Yzans-de-Médoc, dans la propriété de Philippe Chacun, à la tête de château Mazails, un cru bourgeois de 40 ha. Dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 avril, 400 grands plants (40 cm de haut) de cabernet et merlot, plantés trois semaines auparavant, ont été arrachés et volés.
 
« Le jeudi matin, lorsque mon fils est allé traiter les vignes, il ne restait que les ficelles au sol. Les plants et les tuteurs avaient disparu. Le préjudice est important. Entre le prix du plant, du tuteur, le travail au sol, il faut compter un coût global de 5 à 6 euros par plant », confie-t-il. Comment expliquer ces vols ? « En 2015, les batteries de nos tracteurs ont été subtilisées. L’année précédente, c’est le carburant qu’on nous a siphonné. On subit le vandalisme. Mais pas seulement. Ces vols de plants ont peut-être été faits pour répondre à une commande d’une autre propriété », souligne Philippe Chacun, qui a déposé une plainte à la gendarmerie.
 
Pénurie de plants de vigne
 
Reste que ces vols interviennent dans un contexte particulier. D’une part, une hausse de prix, d’autre part une pénurie d’offre. « Après être restés stables pendant des années, les prix ont été réactualisés et ont donc augmenté », indique Jean-Pierre Bouillac, le patron de la pépinière du Vieux Puit. Même son de cloche pour Delphine Bouges, qui dirige la pépinière du même nom : « Très longtemps, en Gironde, nous avons eu les prix de plants de vigne les plus bas de France. Face à la hausse des charges et du coût de la main-d’œuvre, les prix ont forcément augmenté. »
 
Autre problématique : la pénurie de l’offre. « Avec la restructuration du vignoble et les aides à la replantation, le marché s’est tendu depuis trois ans », explique Delphine Bouges. Sans oublier les phénomènes de mode. Ainsi, le colombard, un cépage aromatique, productif et qualitatif, recommence à avoir la cote en Gironde. De son côté, Jean-Pierre Bouillac a fait les comptes : « La profession est en surchauffe et a du mal à répondre à la demande. Il y a quatre ans, je produisais 2 millions de plants. Aujourd’hui, je suis passé à 3 millions et je n’arrive pas à satisfaire toutes les demandes. » Un marché tendu, des prix en hausse : faut-il y voir un lien avec les vols de plants de vignes ?
 
Accentuation du vandalisme
 
Aucun lien pour David Amblevert, président de la Fédération française de la pépinière viticole : « Sincèrement, il y a toujours eu des vols de plants. Ces vols ne sont pas accentués du fait d’une pénurie d’offre et de la hausse des prix. » Jean-Pierre Bouillac, lui, s’inquiète : « Le vol de bouteilles et de matériel s’accentue. La sécurité des biens est de plus en plus menacée. » « Il s’agit de vandalisme », lâche Delphine Bouges. Un vandalisme qui a ses limites. Car écouler des plants de vigne volés n’est pas simple : « Celui qui subtilise des plants ne sait pas quel type de cépage il vole. Et surtout, il ne dispose pas du document officiel que remet le pépiniériste et qui est un justificatif de livraison des plants », indique David Amblevert. C’est un document obligatoire exigé par les Douanes.
Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé