LE FIL

Vignerons indépendants au salon de l’Agriculture

« Rencontrer les politiques est primordial »

Vendredi 04 mars 2016 par Emilie-Anne Jodier

Alain Juppé sur le stand des Vignerons indépedants le jeudi 3 mars 2016.
Alain Juppé sur le stand des Vignerons indépedants le jeudi 3 mars 2016. - crédit photo : Emilie-Anne Jodier
Les Vignerons indépendants de France ont installé, pour la première fois, leur bannière au Salon de l’Agriculture, à Paris. Une nouvelle étape dans la promotion de la marque.

« Nous avons besoin d’être visibles dans le lieu annuel qui réunit toute l’agriculture pendant deux semaines à Paris », s’enthousiasme Jean-Jacques Jarjanette, directeur général des Vignerons indépendants de France.» Le syndicat a donc inauguré son premier stand au Salon de l’Agriculture, du 27 février au 6 mars, à Paris.

L’occasion de faire la promotion de la marque des « artisans du vin », comme aime à le dire Jean-Jacques Jarjanette. « Cette démarche va au-delà de l’habituelle organisation de salons de consommateur, ajoute-t-il. Nous sommes de plus en plus présents sur les différents circuits de distribution, et nous proposons de nouveaux outils commerciaux, comme la plateforme de vente en ligne. Nous venons défendre notre statut d’intervenant économique de la filière et expliquer qui nous sommes aux 700 000 visiteurs du salon. »

Carton plein sur le stand

Thomas Montagne, le président, est satisfait du résultat. « Nous avons fait carton plein ! » observe-t-il. Stéphane Le Foll, Matthias Fekl (secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur et de la promotion du tourisme) ou encore les présidentiables de l’opposition, Bruno Le Maire et François Fillon en tête, se sont succédés sur le stand.

C’est au tour d’Alain Juppé. Le maire de Bordeaux sera accueilli avec un petit verre de Saint Chinian, qu’il dégustera avec plaisir en affirmant qu’il « n’y a pas que le Bordeaux dans la vie ! » La conversation tournera autour de l’export, des contraintes des vignerons et de l’oenotourisme, une carte qu’il faut « jouer à fond », selon l’ancien premier ministre.

"Des problématiques spécifiques"

« Rencontrer les politiques est primordial, précise plus tard Thomas Montagne. Les vignerons indépendants ont des problématiques spécifiques qu’il est important de leur exposer, en-dehors des grandes causes communes à la filière, comme l’OCM vin, que défend le CNIV. » Le Comité national des interprofessions des vins d’appellation d’origine est en effet installé un peu plus loin, dans le Pavillon des vins où ministres et parlementaires de tous bords sont également reçus.

Mais les têtes connues amusent moins les visiteurs que la possibilité de goûter du vin. Une troupe se forme devant le stand pour apprendre les rudiments de la dégustation, guidés par un animateur de l’Ecole du vin. L’animation se répète toutes les heures, pour offrir aux visiteurs cette petite touche authentique qu’ils recherchent dans la plus grande ferme de France.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé