LE FIL

Femmes du vin

Les bacchantes à l’honneur d’une exposition bordelaise

Dimanche 28 février 2016 par Alexandre Abellan

« Évohé ! », le cri des bacchantes dédié à leur dieu semble s’échapper des lèvres de la statue de James Pradier (Satyre et Bacchante, statue en marbre de 1834, musée du Louvre).
« Évohé ! », le cri des bacchantes dédié à leur dieu semble s’échapper des lèvres de la statue de James Pradier (Satyre et Bacchante, statue en marbre de 1834, musée du Louvre). - crédit photo : René-Gabriel Ojéda (RMN-Grand Palais-musée du Louvre)
Jusqu’au 23 mai, la galerie des Beaux-Arts de Bordeaux accueille les Bacchanales Modernes !, collection éclectique de peintures, statues et autres oeuvres réunies par la représentation bacchique.

L’année du vin est lancée à Bordeaux. Avant l’inauguration de la Cité du Vin (ce 31 mai par le président de la République) et la dixième Fête du Vin (ces 23-26 juin sur les quais), est ouverte l’exposition Bacchanales Modernes ! Le nu, l’ivresse et la danse dans l’art français du XIXème siècle. Accueillie par la galerie des Beaux-Arts de Bordeaux, cette exposition réunit 130 oeuvres provenant de multiples musées (le Louvre, Orsay, Rodin… Et le palais Fesch d’Ajaccio). Des arts figuratifs classiques au cinéma, la collection réunie offre une vision kaléidoscopique de la Bacchante. Ou Ménade dans la mythologie grecque.

Cette prêtresse du culte de Bacchus « accompagne le dieu dans son cortège. C’est également une femme qui, dans l’Antiquité, célébrait les mystères et les fêtes dionysiaques » explique le catalogue de l’exposition. Qui rappelle également leurs attributs caractéristiques : « une peau d’animal sauvage (léopard, chèvre ou cervidé), la coupe pour recevoir le vin, la couronne de lierre ou de pampres (feuilles de vignes) et le thyrse (grand bâton surmonté par une pomme de pin, sur lequel s’enroulent des feuilles de lierre ou de vignes) ».

« L’imaginaire bachique, si présent chez les artistes du XIXe siècle, n’avait pourtant jamais été l’objet d’une véritable étude » souligne le musée des Beaux Arts, qui organise également un parcours d'activités et d'évènements pluridisciplinaires dans la ville pour compléter son exposition (cliquer ici pour en savoir plus).

Le vignoble sponsor

Parmi les donateurs de cette exposition, on trouve mobilisé la filière girondine. Avec pour mécène d’honneur le château Haut-Bailly, et en sponsors les châteaux Kirwan et d’Yquem, le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin, l’Institut de Promotion Commerciale Vins & Spiritueux... Et évidemement la Cité du Vin.

L'exposition des Bacchanales Modernes ! est ouverte du mercredi au lundi, sauf jours fériés, de 11 à 18 heures (l’entrée coûte 6,50 €, ou 3,50 € avec un tarif réduit).

 

Antoine Marsal, Satyre et Bacchante, huile sur toile peintte après 1880. © Musée Paul Valéry (Sète).

 

Jean-Léon Gérôme, Tête de femme coiffée de cornes de bélier, huile sur toile peinte en 1853 (musée des Beaux-Arts de Nantes). © RMN-Grand Palais/Gérard Blot

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé