Accueil / Politique / La réponse de la bergère IGP au berger des Crémants

Vins mousseux
La réponse de la bergère IGP au berger des Crémants

Attaqués devant le conseil d'Etat par la Fédération des Crémants, les fines bulles à Indication Géographique Protégée (IGP) défendent point par point leurs cahiers des charges.
Par Alexandre Abellan Le 19 février 2016
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La réponse de la bergère IGP au berger des Crémants
A l’heure de la contre-attaque, Michel Servage défend bec et ongles le droit des IGP à produire des vins mousseux. - crédit photo : VINIGP
R

éunissant son conseil d'administration ce 18 février, la Confédération des Vins IGP de France a arrêté une batterie d’arguments pour contrer les critiques fusant sur ses vins mousseux. Comme le précise un communiqué, cette mise au point répond directement aux « nombreuses attaques et informations erronées [provenant] de la Fédération Nationale des Producteurs et Elaborateurs de Crémant ». Cette dernière a en effet posé ce 2 février un recours devant le conseil d’Etat contre huit cahiers des charges de vins mousseux IGP, homologués par décret le 2 décembre 2015.

Du plaidoyer pro domo…

Les vins IGP martèlent qu’ils ne cherchent pas à parasiter les AOC, mais à se positionner en complément de gamme, avec des modalités de production spécifiques. Ainsi, « les cahiers des charges IGP mousseux ne contiennent pas des conditions de production « approximatives », [mais comportent, par rapport à des AOC,] des listes de cépage plus importantes, des zones de productions parfois plus vastes et des méthodes d'élaborations plus nombreuses » détaille ce communiqué*. Attaqués sur leur manque d’antériorité, les Vins IGP ajoutent que « ces nouvelles versions se fondent aussi sur la jurisprudence du Conseil d'Etat qui a déjà reconnu pour 3 cahiers des charges le droit à produire de l'IGP mousseux » (IGP Hautes-Alpes, Maures et Var).
 

… à la préférence nationale

Estimant qu’il y a de la place pour les IGP aux côtés des AOP,  le président des Vins IGP, Michel Servage, en appelle également à un sursaut stratégique au sein de la filière. Selon lui, « la nature ayant horreur du vide, si les IGP ne peuvent satisfaire la demande, d'autres segments le feront », comme les effervescents espagnols et italiens (cavas et proseccos). Mais il est fort à parier que pour les crémants, ce risque de substitution ne suffise pas à apaiser les craintes de détournement de notoriété (taquines, les IGP précisent d'ailleurs qu'elles ne souhaitent pas accéder au terme "crémant").

 

* : Cliquer ici pour en lire l’intégralité.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé