Accueil / Commerce/Gestion / « Il faudrait une baisse des cours de 5 à 10 % pour éviter une crise importante »

AOC Côtes du Rhône
« Il faudrait une baisse des cours de 5 à 10 % pour éviter une crise importante »

Le début de campagne 2015-2016 sur le marché du vrac en appellation Côtes du Rhône est marqué par une « fermeté » sur les prix, dans les trois couleurs, proches de ceux de l'an dernier. Pour les vignerons, le début d'année se déroule donc sereinement. Mais pour le négoce, les cours actuels risquent d'entraîner le vignoble dans une nouvelle crise, l'AOC ayant déjà perdu des parts de marché importantes dans de nombreuses destinations.
Par Juliette Cassagnes Le 14 décembre 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
« Il faudrait une baisse des cours de 5 à 10 % pour éviter une crise importante »
- crédit photo : J Cassagnes
L

a campagne du vrac démarre plutôt fort en terme de valorisation pour l’appellation Côtes du Rhône. Elle a débuté fin octobre 2015 avec la mise sur le marché des vins primeurs – qui donnent habituellement le ton de la campagne à venir – à un cours moyen de 140 €/hectolitre, contre 135 €/hl l’an passé. Les transactions des rosés et des blancs ont pris le pas, courant novembre, à des prix moyens, également en progression comparés à ceux du début de campagne de l’an dernier. Pour les rosés, le prix moyen fin novembre était de 142 €/hl, contre 139 €/hl l’an passé à la même date. Pour les blancs, celui-ci atteignait en moyenne 166 €/hl, contre 163 €/hl l’an passé. Pour les rouges, enfin, dont les premiers contrats ont été passés fin novembre, la tendance est la même. Le cours moyen entre août et novembre 2015 a été de 135,50 €/hl, contre 130 €/hl l’an dernier. La première semaine de décembre, il est même passé à 138 €/hl… Des prix qui se rapprochent finalement de ceux de la fin de campagne précédente, établis à 137 €/hl pour les rosés, 163 €/hl pour les blancs et 139 €/hl pour les rouges.

« Ces cours supérieurs à ceux du démarrage de campagne 2014-2015 ne signifient pas forcément qu’ils vont le rester tout au long de la campagne, tempère Brice Eymard, responsable du service économie d’InterRhône. Cette légère hausse des prix peut en effet être liée au fait que les transactions cette année ont moins porté sur des vins d’entrée de gamme que l’an dernier. On peut donc simplement en déduire que les prix du démarrage de campagne sont du même ordre de grandeur que ceux de la précédente. »

Des voyants à l’orange foncé

Du côté de la production, l’heure est donc au satisfecit : « Nous avons un démarrage très satisfaisant par rapport à l’objectif fixé par le syndicat, qui était la consolidation des prix de l’an dernier », témoigne Denis Guthmuller, vigneron et membre de la commission économique du Syndicat général des vignerons des Côtes du Rhône. Pour celui-ci, l’équilibre a été atteint entre l’offre et la demande, bien présente : « Le marché a besoin de vin, ce qui permet ce maintien des cours », précise-t-il.

Mais pour le négoce rhodanien, le discours est tout autre : « Les prix trop élevés de l’an dernier ont impliqué un dépassement des seuils d’acceptation par les consommateurs, dénonce Étienne Maffre, président du syndicat du négoce. Cela a entraîné un recul significatif des volumes sur de nombreux marchés pendant cette année 2015. » Les chiffres des exportations de janvier à octobre 2015 montrent en effet une diminution « conséquente » des volumes de vin vendus « sur des marchés importants » de l’appellation : le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas, ou encore le Danemark. Les exportations vers les États-Unis commencent à baisser également, avec -1 % sur la période. Globalement, les volumes exportés en vins rouges AOC Côtes du Rhône ont donc baissé de 10 % en volume sur les dix premiers mois de 2015, selon l’Union des maisons de négoce de la vallée du Rhône.

« Les cours actuels ne sont plus compatibles avec le développement de nos marchés. Si les prix ne baissent pas de 5 à 10 % lors de cette campagne, soit se fixant environ à 130 €/hl pour les rouges, nous courons tout droit à une crise », prévient Étienne Maffre.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Côte-d'Or - CDI
Gironde - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé