LE FIL

Vignoble en action

Le changement climatique mobilise la Champagne

Jeudi 03 décembre 2015 par Marion Sepeau Ivaldi

Jean-Marc Jancovici, Manicore :
Jean-Marc Jancovici, Manicore : "Nous savons que quelque chose est en train de se produire. Cette chose nous ne l’a connaissons pas, il faut s’en convaincre" - crédit photo : Marion Ivaldi
L’assemblée générale de l’Association viticole de champagne a mis l’accent sur le changement climatique avec comme invité star, Jean-Marc Jancovici qui accompagne le vignoble depuis d’une décennie.

« Nous ne sommes pas seuls dans le monde des effervescents. Il faut affirmer notre suprématie ». C’est par ces mots que Pierre-Emmanuel Taittinger, président de l’Association viticole de Champagne (AVC), a appelé, le 2 décembre à Troyes, les viticulteurs champenois à s’investir encore davantage en faveur du climat et de l’environnement. Le rendez-vous, qui n’a pas démérité dans sa traditionnelle qualité théâtrale, a laissé une large place à la question du changement climatique.

Ce dernier devrait « augmenter la fréquence des grands millésimes », comme l’a souligné Dominique Montcomble, directeur de l’AVC. « Les viticulteurs peuvent afficher une sérénité prudente pour la décennie à venir » a-t-il estimé. Les moyens techniques d’adaptation sont jugés suffisants : clones de porte-greffes et de variétés (500 accessions conservées), taille, rognage, fractionnement du rendement, blocage des malos,… sont autant d’outils qui permettront aux vignerons de palier aux modifications climatiques.

" Nous devons décider dans un univers incertain."

Concernant la participation du vignoble à l’atténuation du changement climatique. L’AVC est revenue sur les efforts déjà accomplis avec une baisse de 15% de l’empreinte carbone en 10 ans. Le vignoble vise une diminution de 75% de ces émissions à l’horizon 2050 et compte sur les 300 idées d’actions réunies lors d’un forum participatif organisé en juin dernier avec les opérateurs champenois, leurs fournisseurs et prestataires.

Reste que, le changement climatique est insaisissable, a souligné Jean-Marc Jancovici, de Manicore, qui a tenu un discours de franchise. « C’est comme l’expérience de se marier : on ne sait pas ce que le couple deviendra dans 20 ans. Nous sommes en train de faire une expérience inédite. Nous devons décider dans un univers incertain. Nous savons que quelque chose est en train de se produire. Cette chose nous ne l’a connaissons pas, il faut s’en convaincre ». En clair : il s’agit de gérer un risque inconnu avec des moyens connus.

 

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
albert Le 04 décembre 2015 à 10:14:45
J'entends bien qu'il y a ou aura différents moyens techniques d'adaptation (ceux évoqués par D. Montcomble). Ce qui sous-entend que le cahier des charges de l'AOP Champagne devra nécessairement évoluer. Cette remarque vaut d'ailleurs pour tous les produits à IG dont la "qualité" des matières premières, très dépendante des conditions pédoclimatiques, est consubstantielle de l'identité du produit fini à confirmer dans son statut d'IG. Ce qui interpelle d'ailleurs sur la logique des IG dans ce cas.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé