Accueil / Commerce/Gestion / Les flux de vins en vrac entre pays consommateurs et producteurs en 2015

Import-Export
Les flux de vins en vrac entre pays consommateurs et producteurs en 2015

Focus sur les échanges internationaux de vins non conditionnés (volumes supérieurs à 2 litres, selon les codes douaniers en vigueur).
Par Alexandre Abellan Le 25 novembre 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les flux de vins en vrac entre pays consommateurs et producteurs en 2015
Rafael del Rey ce 24 novembre à Amsterdam - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
S

ur l’année mobile s’achevant en juin 2015, 39,33 millions d’hectolitres de vins en vrac ont été expédiés dans le monde selon les données de l’Observatoire Espagnol du Marché du Vin (OeMV). Si les données concernant les premiers exportateurs et importateurs sont assez connues*, celles détaillant les échanges entre pays sont moins balisées. On note ainsi que l’Espagne est de loin le premier fournisseur de la France (avec 4,6 millions hl, soit 82 % des parts du marché français en vrac). Le marché britannique du vrac est également dominé par les vins australien (2,1 millions hl, 44 %), suivis par les vins sud-africains (750 000 hl, 16 %) et chiliens (470 000 hl, 10 %).

Tout aussi porté sur les vins du Nouveau-Monde, les Etats-Unis plébiscitent le Chili (690 000 hl, 26 %), l’Australie (540 000 millions hl, 20 %), l’Argentine (410 000 millions hl, 15 %)… Le marché allemand du vrac est encore plus diversifié dans ses approvisionnements, avec des vins d’Italie (2,8 millions hl, soit 32 % du marché), d’Espagne (2,6 millions hl, soit 30 %) et de France (1 million hl, soit 12 %). A noter que les vins en vrac expédiés depuis la France sont particulièrement importants sur les marchés du Nord de l’Europe. Le vrac hexagonal pèse 69 % en Belgique (avec 400 000 hl), 34 % aux Pays-Bas (avec 170 000 hl), 28 % en Suisse (avec 180 000 hl).

En terme de valeur, « les cours du vrac varient beaucoup selon le niveau de production mondiale. Mais la plupart des pays sont sur une gamme de prix entre 50 et 100 €/hl » résume Rafael del Rey, le directeur général de l’OeMV. Expert en la question, il précise qu’il n’y a pas un marché mondial du vrac, mais deux. « Il faut distinguer les pays de consommation, important essentiellement des vins de cépages internationaux valorisés pour la mise en bouteille domestique (Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne…), et les pays de production, qui achètent du vrac neutre pour les assemblages, soit pour la consommation locale, soit pour la ré-expédition (France, Italie…) » explique-t-il.

 

 

* : Sur la période, les premiers pays exportateurs sont l’Espagne (13,8 millions hl), l’Italie (5,2 millions hl), le Chili (4,2 millions hl), l’Australie (4,2 millions hl), l’Afrique du Sud (2,9 millions hl), la France (2,3 millions hl), les Etats-Unis (1,8 million hl)… Et les principaux pays importateurs sont l’Allemagne (8,7 millions hl), la France (5,6 millions hl), le Royaume-Uni (4,7 millions hl), les Etats-Unis (2,7 millions hl), l’Italie (2,6 millions hl), la Suède (1,2 million hl)…

La part du vrac dans le commerce mondial
En 2014, les expéditions mondiales de vins en vrac se sont élevées à 37,8 millions d’hectolitres, soit 38 % des volumes échangés dans le monde, d’après l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV). A eux seuls, sept pays producteurs concentrent 85 % de ces volumes, mais avec une grande variabilité du poids relatif du vrac dans leurs expéditions. L’Afrique du Sud exporte ainsi 60 % de ses vins en vrac, l’Australie et l’Espagne 55 %, les Etats-Unis 44 %, le Chili 42 %, l’Italie 27 % et la France 17 %. Ces deux derniers pays sont d’ailleurs les seuls à voir leurs volumes de vrac exportés diminuer depuis l’an 2000, précise Jean-Claude Ruf, le coordinateur scientifique de l’OIV, qui présentait ces chiffres à Amsterdam.
Tags : Vin en vrac
Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé