LE FIL

Les bios inquiets face à la perspective des 4 kg/ha et par an de cuivre

Vendredi 07 février 2014 par Cédric Michelin

Selon le Service d'écodéveloppement agrobiologique et rural de Bourgogne (Sedarb), l'abaissement du seuil réglementaire de 4 kg/ha et par an lissé de cuivre, actuellement en discussion, conduirait à des impasses techniques. Une analyse partagée par la Confédération des groupements des agrobiologistes de Bourgogne. Les chiffres collectés par l'IFV sont éloquents.

Le président de la section viticole de la Confédération des groupements des agrobiologistes de Bourgogne (CGAB ), Emmanuel Guillot, est convaincu qu'un abaissement des doses maximales de cuivre à 4 kg/ha et par an ? actuellement en cours de discussion au niveau européen ? porterait un mauvais coup à la filière bio bourguignonne.

Les chiffres sont éloquents : pour 2013, en moyenne, les viticulteurs bios ont appliqué 4,8 kg/ha de cuivre. Ce chiffre est en baisse par rapport à 2012 mais, sur onze ans, la moyenne atteint 4,4 kg/ha et par an.

En 2008 et 2010, 25 % des domaines bourguignons ont utilisé plus de 6 kg/ha et par an de cuivre et en 2012 50 %. Cette même année, les pertes de récolte imputées au mildiou en bio sont estimées entre 15 à 25 % en Bourgogne.

Au final, avec les récentes campagnes compliquées, 2 à 10 % des exploitations bios en Bourgogne dépassent 30 kg/ha sur cinq ans.

« 4 kg/ha, ça ne passe pas même sur temps lissé », alerte Cécile Berthier, de l'IFV de Beaune (Côte-d'Or).

Compte tenu de ce constat, la CGAB s'est déjà positionnée pour le maintien à 6 kg/ha et par an en moyenne lissés sur cinq ans.

Aujourd'hui, 269 domaines viticoles bourguignons représentant 2 500 ha de vignes sont engagés dans une démarche d'agriculture bio, dont 1 680 ha sont déjà bel et bien certifiés.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé