Accueil / Commerce/Gestion / Cave « Terre d'Expression » : un festival du rosé pour devenir leader sur le secteur des Corbières

Cave « Terre d'Expression » : un festival du rosé pour devenir leader sur le secteur des Corbières

Par Juliette Cassagnes Le 21 juin 2015
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Cave « Terre d'Expression » : un festival du rosé pour devenir leader sur le secteur des Corbières
T

erre d'Expression, la cave coopérative de Fabrezan (Aude) productrice d'AOP Corbières et d'IGP Pays d'Oc, organisera pour la première fois cette année, un festival dédié au vin rosé, intitulé « A rosé ». Celui-ci a lieu ce vendredi 19 juin 2015, à Fabrezan. Au programme : des concerts, un cocktail dînatoire, sans oublier des dégustations de vins rosés, « dans tout leurs états » : rosé piscine, rosé aromatisé, rosé méthode champenoise, rosé IGP d'Oc, AOP Corbières...

 

« Nous avons créé ce festival grand public pour renforcer notre progression sur le marché des bouteilles en rosé et accéder aux jeunes consommateurs, justifie Benoit Fillaquier, directeur de la structure. Nous sommes encore petits mais nous souhaitons nous développer, en nous positionnant comme faiseur de rosés, et devenir leader sur le secteur des Corbières ». L'objectif pour cette année : atteindre les 1.000 entrées, pour un budget de 50.000€. Si cette première édition réussit, le festival est voué à être reconduit chaque année.

 

Depuis deux ans, la cave connaît, « de la même façon que toutes les caves coopératives de la région », une progression importante des ventes et de la production de vins dans cette couleur. Le rosé présente pour celles-ci un double intérêt : celui d'améliorer la qualité des rouges en les concentrant par saignée, et celui, économique, de tirer une meilleure valorisation par comparaison aux rouges.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
craoux Le 22 juin 2015 à 14:17:16
Le Festival "à rosé" ... quel nom qui sent plus la kermesse "à boire" que l'évènement de communication utile à l'ancrage de la consommation du vin rosé. D'ailleurs, on est vite convaincu que la stratégie est basique : l'objectif n'est pas de promouvoir un vin rosé exprimant son terroir mais de vendre du liquide rosé décliné "dans touts ses états" ... Question : serait-il encore bien logique d'aider cette filière "pan de notre patrimoine culturel" (aides UE, aides nationales-régionales) pour la laisser in fine s'encanailler sur le segment des vulgaires boissons alcoolisées ? N'est-il pas contestable ou incohérent de donner des aides publiques à la coopération (ou aux caves particulières) pour en arriver à élaborer des produits tels que le "rosé piscine", le "rosé aromatisé" ... Qu'en pense le négoce (concurrence) ? ... Sur le fond, je souhaiterais tant que les financements publics servent à d'autres fins (pourquoi aide-t-on encore la filière en 2015 sans lien-filtre avec le critère de valorisation brute/nette ? ... trouve-t-on logique de continuer de payer la restructuration de vignobles largement capables de s'autofinancer .. je vise ceux du sud-est par exemple ? z'avez-vu les cours des rosés AOP ?).
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé