Accueil / / Irrigation des vignes en appellation : l'actualisation du cadre des dérogations à l'étude

Encadrement calendaire des demandes de dérogation, possibilité d'irrigation enterrée...
Irrigation des vignes en appellation : l'actualisation du cadre des dérogations à l'étude

Par Alexandre Abellan Le 09 juillet 2013
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Irrigation des vignes en appellation : l'actualisation du cadre des dérogations à l'étude
l

« L’irrigation est un sujet résolument et raisonnablement polémique » déclarait Jean Natoli en 2011, lors de la huitième journée technique Vino Latino. Revenant sur les enjeux techniques de l'irrigation, cette réunion languedocienne aurait été inenvisageable à la fin du siècle dernier. Elle soulignait ainsi que les mentalités changent à la vitesse du climat. L'irrigation n'est désormais plus un tabou, mais un enjeu technique qui devient un facteur de compétitivité. Une nouvelle étape était franchie ce 26 juin, alors que le Comité National des Appellations Viticoles se penchait sur les conclusions de la Commission d'Enquête sur l'irrigation. Secrétaire du Comité National et déléguée Territoriale INAO pour la région Languedoc-Roussillon, Catherine Richer précise d'entrée que « ces 3 propositions maintiennent l'interdiction de l'irrigation des vignes AOC ». Avec ces orientations, il s'agit d'actualiser les modalités de recours à l'irrigation à partir du travail d'état des lieux mené par la commission.

La première proposition autoriserait la mise en place de systèmes d'irrigation enterrées, car elles sont « plus économes en eau, permettent une meilleure implantation au niveau racinaire et facilitent l'entretien des sols entre les pieds» commente Catherine Richer. La deuxième disposition est l'encadrement des dates de dérogations d'irrigation du vignoble. « Le Code Rural interdit l’irrigation pour les AOC à compter du 1er mai jusqu’à la récolte, les dérogations étant possibles du 15 juin au 15 août » rappelle Catherine Richer. Se basant sur les effets du dérèglement climatique et l'évolution de l'encépagement, la commission « étudie la possibilité de revoir cet encadrement calendaire fixe pour se référer aux données techniques de la saison, afin de coller plus précisément à la réalité de l'année ». Le dernier point demandait à ce que seules les parcelles irriguées voient leurs rendements strictement limités au rendement de base de l'appellation. Cette proposition vise à ne plus pénaliser l'ensemble d'une appellation, la demande d'une dérogation empêchant toute demande d'augmentation du rendement annuel. Pour Catherine Richer cela « garantit la place de l'irrigation comme mesure qualitative et non quantitative, afin de compenser les excès du stress hydrique sans les supprimer ».

Le Conseil National des AOC viticoles a pris connaissances de ces trois propositions et va désormais échanger avec les organismes de gestion des vins IGP et vins de France, également concernés par une actualisation des modalités d'irrigation. La modification de l'encadrement des dates d'autorisation de l'irrigation ne concernerait pas que les AOC, le 15 août étant en effet une borne commune à tous les raisins de cuves de France.

 

 

[Photographie : Ferti-irrigation du vignoble expérimental de Lagaillarde (Montpellier SupAgro)]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé