Accueil / Viticulture / Vigne et OGM : La légalité de l'essai de l'INRA de Colmar a été rétablie, et le "faucheur de vignes" lourdement condamné

Vigne et OGM : La légalité de l'essai de l'INRA de Colmar a été rétablie, et le "faucheur de vignes" lourdement condamné

Par Vitisphere Le 23 janvier 2011
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Vigne et OGM : La légalité de l'essai de l'INRA de Colmar a été rétablie, et le "faucheur de vignes" lourdement condamné
E

n 2005, l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) a obtenu l'autorisation de débuter des tests, dans son centre de recherche de Colmar, en Alsace, visant à un essai de variétés de vignes transgéniques, résistantes à la maladie du court-noué (1). En 2009, cet essai  avait été détruit par un faucheur OGM. En septembre 2009, alors que le tribunal administratif de Strasbourg venait parallèlement d’annuler l’autorisation d’expérimentation des essais en question, le responsable de cette destruction comparaissait en première instance. Il fut finalement condamné à une amende de 2000 €.
Mais, dans un arrêt du 10 janvier 2011, la Cour d’Appel administrative de Nancy a rétabli la légalité de l’essai effectué par l’INRA. Simultanément, la peine de l’individu à l’origine de la destruction de l’essai OGM en 2009 a vu sa peine alourdie. Le 17 janvier 2011, la Cour d’Appel de Colmar l’a ainsi condamné à un mois de prison avec sursis, au versement de 50 000 euros de dommages et intérêts et à une amende de 2000 euros.
Le rétablissement de la légalité de cet essai devrait influer sur le sort de la soixantaine de faucheurs volontaires, lesquels ont définitivement détruit l’expérimentation des essais alsaciens de vignes transgéniques en août 2010. Ils devraient prochainement comparaître devant le tribunal correctionnel de Colmar.

(1) Présente dans les deux tiers du vignoble français, le court-noué, maladie mortelle pour la vigne est due à un virus véhiculé par un nématode (un petit ver), qui survit exclusivement dans les sols et contamine les plants par leurs racines. A ce jour,  il n'existe ni variétés commercialisables naturellement résistantes au virus, ni méthodes curatives contre la maladie.

[Source Univers-Nature]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé