Accueil / / Les vignerons indépendants européens s'inquiètent pour leurs bouteilles

Les vignerons indépendants européens s'inquiètent pour leurs bouteilles

Par Vitisphere Le 23 octobre 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vignerons indépendants européens s'inquiètent pour leurs bouteilles
D
epuis quelques années, le verre inquiète : pénurie durant l'été 2007, hausse des prix, les vignerons voient les bouteilles penser de plus en plus lourd dans leurs coûts de production. La Confédération Européenne des Vignerons Indépendants (CEVI) a souhaité faire un point sur les difficultés d'approvisionnement rencontrées par les membres de ses fédérations à travers l'Europe et a adressé un questionnaire à la FENAVI au Portugal, aux Bodegas Familiares de Rioja en Espagne, aux Vignerons Indépendants de France, aux Family Estate Slovenia en Slovénie, à l'OPVI au Luxembourg et  à l'ASVE en Suisse. Ces organisations ont ensuite transmis les questionnaires à leurs membres et, fin juin 2008, le CEVI avait reçu 151 réponses venues des quatre coins d'Europe.

Publiée sur le site du CEVI (www.cevi-eciw.eu) et disponible en cliquant ici, le rapport d'enquète révèle les problèmes liés à l'approvisionnement en verre les plus fréquemment rencontrés par les producteurs interrogés :
- 90,1 % des vignerons interrogés ont subi une augmentation des prix des bouteilles, de l’ordre de 10,6 % en moyenne (de 7,4 % à 14,75 % selon les pays)
- 63,6 % des vignerons interrogés rencontrent des problèmes de délai de commandes et de livraison
- 55 % des vignerons interrogés ont affronté une rupture d’approvisionnement d’un ou plusieurs modèles de bouteilles.

L'enquête s'intéresse également aux conséquences de ces difficultés et aux contraintes qu'elles représentent au jour le jour pour les producteurs. Certains anticipent les commandes de bouteille, les effectuant avant même la vendange, ce qui suppose des avances de trésorerie et une vraie visibilité sur les quantités récoltées. D'autres, faute d'approvisionnement, sont contraints de décaler les mises en bouteilles, faute de réceptacles. Si peu de vignerons déclarent avoir été contraints d'annuler des commandes (8,6 %), ils sont plus nombreux à confesser que les difficultés d'approvisionnement en verre compliquent considérablement leur planning de livraison.

42,4 % des vignerons interrogés se sont résolus pour leur part à changer de type de bouteille pour obtenir un modèle disponible, avec les conséquences que l'on comprend pour l'image commerciale et le référencement des produits en grande distribution, mais aussi, plus simplement, avec une augmentation aggravée du coût du poste "verre" pour les producteurs qui ont du opter pour des bouteilles d’une gamme supérieure. Les producteurs signalent que l'augmentation du poids de ce poste sur leurs coûts globaux est particulièrement difficile à répercuter, avec une augmentation du prix du verre en janvier et une en juin, alors que le prix du vin est fixé pour l'année. Compte-tenu de cette difficulté technique et de la morosité du marché du vin, les producteurs expliquent que la réduction de la marge commerciale est la seule variable d'ajustement qu'il leur reste (moins d'un tiers (30,5 %) des vignerons interrogés déclarent avoir répercuté la hausse du prix du verre, totalement ou partiellement).

L'étude s'attache enfin à explorer la popularité des embouteillages alternatifs au verre, comme le Bag in Box ®, qui séduit près de la moitié des vignerons interrogés (48,3 %, presque tous français). Il convient de noter que le choix du Bag in Box, pour les producteurs, ne s'est pas imposé comme un choix économique, mais, pour 97 % d’entre eux, comme une réponse à la demande des consommateurs.
Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé