Accueil / / 3ème mi-temps de la Coupe des nations : Les syrah des Côtes du Rhône septentrionales dominent les syrah australiennes sur leur terrain

3ème mi-temps de la Coupe des nations : Les syrah des Côtes du Rhône septentrionales dominent les syrah australiennes sur leur terrain

Par Vitisphere Le 18 septembre 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
3ème mi-temps de la Coupe des nations : Les syrah des Côtes du Rhône septentrionales dominent les syrah australiennes sur leur terrain
L


e concours des meilleures syrah du monde organisé en Australie par le magazine Winestate est un bon indicateur de la compétition Ancien/Nouveau Monde sur un cépage qui connait un succès mondial. Le concours départage chaque année 800 vins de syrah. Cette année, pour la première fois, c'est une syrah française qui remporte le concours, la Côte Rôtie 2004 du Château d’Ampuis de Guigal. Le deuxième lauréat, l'icone australienne Henschke Hill 2004 est prise en sandwich entre la Côte Rôtie et les Côte Rôtie Brune et Blonde 2003 de Guigal, qui occupent les troisième et quatrième places.

Le rédacteur en chef de Winestate, Peter Simic, a qualifié ce résultat de "Jugement d'Adélaide", en référence au Jugement de Paris qui a départagé en 1976 les grands crus français et américains au profit de ces derniers : "C'est la première fois que les Français remportent la compétition. Habituellement, les Australiens dominent, mais, cette année, nous avons trois vins de la Vallée du Rhône dans le top cinq. C'est une véritable revanche des Français." Les grands noms envoient pourtant rarement des bouteilles, confesse Peter Simic: "nous les achetons dans le commerce car nous voulons que les plus grands, les références, soient présents : les Français (l'Hermitage la Chapelle de Paul Jaboulet, ainsi que Guigal et Chapoutier) mais aussi les Australiens (la Grange de Penfold's, Henschke Hill de Grace et d'autres top premium et chouchous de Parker. Il ne s'agit pas d'étendre inutilement les rangs des compétiteurs mais d'avoir une compétition représentative, de qualité."

Philippe Guigal, petit-fils du fondateur E.Guigal, dirige les vinifications et l'entreprise E. Guigal et a déclaré être très heureux de cette victoire. Il a commenté les millésimes concernés : 2004, "Je l'aime parce que c'est un millésime subtil, avec des tannins délicats et beaucoup de charme" ; 2003, "Personnellement, j'apprécie beaucoup ce millésime, même s'il a été très difficile à manier".

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé